08 Mars 2017 : Les femmes du tiers-monde continuent de souffrir.



Chaque 08 Mars, les femmes du monde entier célèbrent avec faste cette fête historique arrachée après une longue lutte. En effet, il a fallu attendre 1977 pour voir l’organisation des nations unies (O.N.U) entériner la journée du 08 Mars comme journée internationale de la femme. Cette journée chômée et payée est mise à profit pour rappeler les sacrifices de la femme, ses performances, ses réalisations, ses valeurs, son importance dans la société en donnant la vie, en éduquant des générations, en épaulant l’homme dans ses combats et ses défis contre les guerres, les injustices, les fléaux sociaux, les difficultés…et ce dans tous les domaines de la vie.

Partout dans le monde, les artistes-peintres, les poètes, les chanteurs, les écrivains…rivalisent d’imagination pour témoigner à la femme de l’affection, de la solidarité, de la reconnaissance…Avec des tableaux, des poèmes, des chansons…, ils mettent en exergue les qualités morales et physiques de la femme, son courage, son endurance, sa beauté, sa sensualité, sa féminité…

Si dans les pays civilisés comme la Suède, la France, la Suisse, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, l’Angleterre, le Danemark, la Belgique, l’Autriche, la Finlande…, la femme jouit de tous ses pleins droits au même titre que l’homme dans tous les domaines, ce n’est pas le cas des pays sous-développés comme : Bangladesh, Soudan, Afghanistan, Somalie, Haïti, Arabie-Saoudite, Inde, Ethiopie, Pakistan, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Syrie, Irak, Iran, Lybie, Liberia, Kenya, Érythrée…

Dans ces pays, les droits des femmes les plus élémentaires comme : voter, travailler, conduire une voiture, se marier sans tuteur, voyager librement…sont bafoués. Pire encore, certaines femmes sont victimes de toutes sortes d’abus comme : harcèlements sexuels, viols, mutilations génétiques, tortures, brimades, excisions, enfermements, sévices corporels et sexuels, déportations, mariages forcés, servitude, esclavage, guerres, privations de toutes sortes (sortir, manger, dormir…).

J’exhorte les femmes algériennes, africaines, du tiers-monde et toutes les femmes du monde victimes de toutes ces injustices inqualifiables et condamnables  à lutter pacifiquement et solidairement afin d’arracher leurs droits inaliénables de vivre dans la paix, la dignité et la liberté.

Pour terminer, je souhaite une belle fête et beaucoup de courage à toutes les femmes du monde entier.

 

Par Hammar Boussad.

Laisser un commentaire