160 de prisonniers politiques Mozabites !



Le nombre de détenus d’opinion, arrêtés et emprisonnés arbitrairement par le régime raciste d’Alger, est plus important que tout le monde le pense. Plus de 160. C’est le nombre que le comité de soutien à Kameleddine Fekhar a avancé.

« Je pensais qu’ils étaient juste une trentaine. J’étais effaré lorsque j’ai appris qu’ils sont plus de 160 personnes derrières les barreaux, et la plupart d’entres eux sont des pères de familles », nous relate une militante du MAK, rencontrée ce matin à Tizi Wezzu.  Il faut attendre la grève de la faim de docteur Fekhar, militant indépendantistes, pour dévoiler le drame que subissent ces 160 Mozabites. L’affaire prend de l’ampleur sur le plan international. Selon l’un des avocats de ces victimes d’injustice, la plupart d’entres eux subissent même des tortures et toutes sortes de pressions.

Les dossiers d’inculpations des 160 prisonniers politiques Mozabites sont vides. Presque aucune preuve matérielle ni crédible n’existe contre eux. Leur condamnation n’est que le fruit du racisme des  décideurs algériens d’abord, puis de règlement de comptes entre les clans qui composent le régime algérien. Par ailleurs, en plus des prisonniers, le régime algérien a commis des crimes en tuant plusieurs jeunes Mozabites.  Des impôts supérieurs à la normale ont été aussi imposés  aux commerçants Mozabites. La pression sur cette communauté, d’une manière latente et patente à la fois, n’a jamais cessé.

Lounès B pour Tamurt

Source : tamurt.info

Laisser un commentaire