40ème anniversaire de la RASD: une célébration sur fond de vaste soutien au peuple sahraoui



Chahid El-Hafedh (camps de réfugiés sahraouis) – La célébration, samedi prochain, du 40ème anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) intervient dans une conjoncture marquée par une vaste campagne de soutien au peuple sahraoui qui lutte pacifiquement pour son indépendance et son droit à l’autodétermination.

Proclamé le 27 février 1976 par le Front Polisario à Bir Lehlou au lendemain du départ du dernier soldat espagnol du territoire sahraoui, la RASD ne cesse, en effet, de réaliser des succès sur la scène internationale et attire des adhérents à sa cause juste.

Il s’agit notamment de la poursuite de sa reconnaissance par des Etats, l’élan de solidarité pour la protection et le respect des droits de l’Homme dans les territoires occupés, et les verdicts prononcés en faveur de la RASD, à travers le combat que mène le Front Polisario, pour la protection des richesses sahraouies illégalement exploitées par l’occupant marocain.

La commémoration de cet événement intervient également au lendemain de l’annonce retentissante de la visite dans la région, à partir du 6 mars prochain, du secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, qui avait auparavant appelé à la reprise de négociations « sérieuses et responsables » entre les deux partis au conflit, le Maroc et le Front Polisario.

Soutien croissant au référendum d’autodétermination

Par ailleurs, plusieurs actions sont menées à travers le monde pour exiger du Conseil de sécurité de l’Onu l’organisation du référendum d’autodétermination pour le peuple sahraoui.

Une pétition a été initiée, dans ce sens, par le Comité suisse de soutien au peuple sahraoui, à l’échelle européenne, voire mondiale.

Dans un appel intitulé « Sahara Occidental-Référendum maintenant », les initiateurs de cette campagne demandent au Conseil de sécurité d’ »organiser, avant la fin de l’année 2017, le référendum d’autodétermination au sein de la population sahraouie suivant les règles du Plan de paix de 1991″.

« Le peuple sahraoui doit pouvoir jouir pleinement de son droit à disposer de lui-même, ainsi que l’établit la Charte des Nations unies », ne cesse-t-on de marteler.

En outre, des appels sont lancés pour la libération de tous les prisonniers politiques sahraouis dans les prisons marocaines et l’arrêt des pratiques d’harcèlement et de déportation perpétrées contre eux par les autorités d’occupation marocaines et à faire la lumière sur le sort de plus de 651 disparus sahraouis aux mains du Maroc.

Forts d’un tel soutien, les Sahraouis célébreront la proclamation de leur Etat sur fond de victoires réalisées grâce aux efforts de leur représentant légitime, le Front Polisario, qui milite également pour la dotation de la MINURSO (mission de l’Onu) d’un mécanisme pour protéger et surveiller les droits de l’Homme au Sahara occidental occupé et les rapporter, l’arrêt du pillage des

ressources naturelles ainsi qu’au démantèlement du mur de la honte marocain qui représente un crime contre l’humanité.

Aussi, un combat pour la mise en place des institutions

Abordant cet événement, les médias sahraouis ont rappelé « les quatre décennies de bâtisse institutionnelle vers la libération et le recouvrement de la souveraineté totale de la RASD sur lensemble de ses territoires ».

« Durant 40 ans, le peuple sahraoui a réussi, grâce à ses sacrifices et son unité nationale, de consolider l’entité sahraouie et construire ses institutions nationales malgré les conditions difficiles dasile et le manque des moyens », a notamment écrit l’agence de presse sahraouie SPS.

Les Sahraouis se souviennent aujourdhui des premières étapes de la création et la construction des institutions de lEtat sahraoui qui était plus dun rêve et dun miracle, a ajouté SPS.

Elle a dans ce sillage rappelé la mise en place du premier gouvernement sahraoui, le 5 mars 1976, en dépit du manque des moyens et lexode des milliers de personnes fuyant l’invasion marocaine de leur territoire vers l’asile dans une situation de terreur, dépidémie et leur besoin dabri et de nourriture.

« Larmée de libération populaire sahraouie (ALPS) a mené des batailles acharnées contre les envahisseurs marocains soutenus par les plus grandes puissances coloniales dans le monde », a indiqué, par ailleurs, l’agence.

« La lutte armée était un facteur indispensable dans la réalisation des acquis au niveau national et international, y compris la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique par plus de 80 pays à travers le monde et le soutien aux revendications légitimes du peuple sahraoui et à sa juste lutte pour lautodétermination et lindépendance », ont, pour leur part, soutenu des observateurs.

S’exprimant à la veille de cet anniversaire, un responsable sahraoui, Brahim Ghali, a indiqué que la RASD célèbrera cette année (27 février) l’anniversaire de sa proclamation ainsi que celui de sa « maturité » après 40 ans de lutte.

« La RASD est devenue un Etat mûr. Elle a prouvé, dans les instances internationales, son mérite à survivre et à continuer à exister », a indiqué M. Ghali, ex-ambassadeur sahraoui à Alger, affirmant que « les acquis du peuple sahraoui sont irréversibles et sa victoire est imminente ».

Par Salah HARIRECHE

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Laisser un commentaire