Abdelmadjid Menasra à Tiaret: L’Algérie a besoin d’une équité politique



Au sujet du retour de Chakib Khelil au pays et son accueil en grande pompe par les zaouïas, il répondra que ce dernier et bien d’autres “sont appelés à quitter le champ politique car ils n’ont jamais rien donné au pays” et qu’“ils se sont enrichis sur le dos de cette nation”.

“Les Algériens souhaitent, aujourd’hui, l’édification d’un État fort doté de structures dignes de ce nom pour les générations à venir pour aller vers le développement et la modernité”, a déclaré, hier, à Tiaret, Abdelmadjid Menasra, président du Parti pour le changement, à l’occasion de l’inauguration du siège local de son parti qui coïncide avec le 4e anniversaire de sa création.
Lors d’un point de presse organisé à l’occasion, il a insisté sur la justice sociale applicable pour tous et à tous les niveaux, une impartialité politique qui garantira une réelle démocratie et une liberté, ainsi que l’éradication du chômage et de la crise du logement. Il a également mis en exergue la nécessité de la transparence dans la gestion des affaires publiques et la prise de conscience des dirigeants actuels en soulignant que chaque ministre arrive avec des réformes qui ont, à chaque fois, besoin d’ajustements. Ce qui, selon lui, laisse le pays tourner en rond sans jamais parvenir à résoudre les problèmes cruciaux qui se perpétuent d’année en année
Au sujet du retour de Chakib Khelil au pays et son accueil en grande pompe par les zaouïas, il répondra que ce dernier est libre de sillonner le territoire national en tant que citoyen, mais pas dans un cadre officiel. “Lui et bien d’autres sont appelés à quitter le champ politique car ils n’ont jamais rien donné au pays, au contraire, ils se sont enrichis sur le dos de cette nation”, dira-t-il, en enchaînant : “Il (Chakib Khelil) est en train de faire du populisme dans certaines régions déshéritées qu’il ne portait ni dans son répertoire ni dans sa mémoire, quand il était ministre.” Concernant le tweet de Valls, il dira que l’état de santé du Président est connu de tous. Nonobstant, trouve-t-il à dire, nous n’avons besoin d’aucune leçon de ce pays que certains responsables continuent à soutenir en dépit du passé historique dont nous gardons toujours les séquelles.
Toutefois, Abdelmadjid Menasra se dit disposé à toutes les concertations qui seraient positives pour l’avenir de l’Algérie en soulignant que les bonnes conceptions sont les bienvenues et ce, quelles que soient les obédiences ou les régions de leurs porteurs. Par ailleurs, parlant de son parti, il soutient que c’est la seule formation politique qui adopte son congrès chaque année dans la transparence, en misant sur la jeunesse et la femme, en concluant que le quatrième congrès du parti aura lieu vendredi prochain.

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Liberte-algerie.com

Laisser un commentaire