Affaire de l’assassinat d’Ali Tounsi : « Oultache a certes blessé Tounsi, mais il ne l’a pas tué »



Maître Belaarif est l’un des avocats de la défense de Chouaïb Oultache, « assassin présumé » de l’ex-DGSN Ali Tounsi.

Malgré le renvoi de l’affaire devant le tribunal criminel d’Alger après instruction depuis plusieurs mois, la famille de la victime et l’accusé (en prison pour une affaire de corruption) attendent depuis deux ans la programmation du procès.

Dans cet entretien, Maître Belaarif évoque les raisons de la non-programmation de ce procès pour la première session criminelle 2016 qui s’ouvrira au tribunal criminel d’Alger à partir du 3 avril.

Le procès de l’assassinat d’Ali Tounsi n’a pas été programmé par le tribunal criminel d’Alger dans sa session de 2016. Pourquoi ?

Oui effectivement, ce procès n’a pas été programmé. Dans cette affaire, un procès de corruption a été construit contre mon client Chouaib Oultache. L’objectif est de créer un alibi pour dire que Oultache a assassiné Tounsi parce qu’on avait découvert des malversations dans le marché « ABM-DGSN ». Cette affaire qui est tout à fait bancale a déjà fait l’objet d’un arrêt de cassation renvoyé devant la Cour de Boumerdès. Cette dernière, a rendu un arrêt tout aussi bancal que le précédent et qui a fait l’objet d’un pourvoi en cassation devant la Cour suprême. Tant que la Cour suprême n’aura pas définitivement statué sur cette affaire je ne pense pas que l’autre affaire relative à l’assassinat d’Ali Tounsi sera programmée.

Existe-t-il un motif  juridique pour ne pas programmer ce procès ?

Non. Ils ont construit une affaire de corruption pour dire que Oultache avait un alibi pour assassiner Ali Tounsi et ils sont pris dans leur propre piège.

Existe-t-il un motif politique ?

Certainement. Comme je l’ai affirmé depuis le début de l’affaire, Oultache a certes blessé Ali Tounsi mais il ne l’a pas tué.

Avez-vous des preuves ?

Les éléments du décès eux-mêmes parlent. Tout simplement, parce que le corps de la victime porte deux impacts de balles bien réguliers sur le côté droit de la tête et le côté gauche alors que les balles de l’arme d’Oultache sont des balles semi-blindées à tête creuse qui, en aucun cas, ne peuvent faire des impacts aussi réguliers que ceux constatés sur la dépouille.

Pourquoi le procès n’a pas été programmé jusqu’à maintenant ?

Parce qu’ils craignent effectivement la mise en évidence de toutes les manipulations du dossier d’instruction et de l’enquête policière qui prouvent d’une façon certaine l’implication de l’appareil judiciaire et un certain nombre de personnes. Pour le moment, je n’évoque pas les noms de personnes impliquées dans cet assassinat.

Avez-vous des noms de personnalités politiques impliquées dans l’assassinat de Tounsi ?

Il y a des ordonnateurs et il y a des exécutants. C’est politico-policier. Justement le DRS, qui s’est présenté immédiatement après le crime, a été empêché de rentrer.

Source : tsa-algerie.com / Imad Boubekri

Laisser un commentaire