« Ahitus » et « Halazoum » au festival du théâtre d’expression amazigh de Batna



En marge de la 8e édition du festival national du théâtre d’expression amazigh, la troupe théâtrale de Tizi-Ouzou a offert dans la soirée du vendredi 17 décembre, un spectacle hors norme au public Batnéen.

La pièce théâtrale « Ahitus » (Le Forgeron), a été présentée pour la 1re fois par une troupe du théâtre régional de Tizi-Ouzou. La pièce est une légende, tirée d’une histoire légendaire, elle a été écrite par Nourdine Ait-Slimane et mis en scène par Nabila Ibrahim. Celle-ci a été interprétée sur scène par la comédienne Nabila Ibrahim, excellent dans le rôle. L’histoire de la pièce est une adaptation théâtrale d’une légende du terroir (elle remonterait à quatre siècles) ayant pour décor Lqalous, un village de Kabylie. La pièce raconte l’histoire d’Ahitus, un forgeron étranger qui habite ce village prospère en exerçant son métier. Il y vit avec sa splendide femme dit Hula. Son statut social est surtout la beauté de sa femme font des envieux. Ouhemouche, un homme influant, riche et sans scrupule a des vues sur la femme du forgeron.

Ahitus et sa femme.

n jour, défiant l’ordre établi, il établit un plan avec deux complices, se rend au conseil du village et déclare qu’il a entendu Ahitus répudier sa femme. Il présente ses deux complices comme témoins. Le conseil déclare le divorce effectif, ce qui permet à Ouhemouche de la prendre comme femme. Ahitus, criant à l’injustice, décide, par un ingénieux stratagème de se venger, en mettant le feu à leurs maisons. Ahitus est le seul à connaitre la combinaison des serrures fabriquées et installées dans chaque demeure. Après avoir bloqué les serrures des portes, il a mis le feu toutes les maisons du village. La pièce a été applaudie non seulement par les spectateurs, mais aussi bien jugée par les intervenants durant la séance des débats.

Abdelmadjid Benyahia

Halazoum du théâtre régional de Batna

Dans la soirée de mercredi, la pièce théâtrale intitulée Halazoum, présentée par la troupe du Théâtre régional de Batna est entrée en compétions. La pièce est tirée d’une œuvre dramatique écrite par Tallal Nacer-eddine, mise en scène par Chiba Lachen et Nabil Bacha, cinégraphie. Celle-ci a été interprétée par les deux comédiens Saddam Sahraoui et Salah Chiba. Ce dernier a été émouvant dans son rôle.

L’histoire raconte est celle d’un jeune homme arrive au bout de la colère, remonté par la vie dure qu’il mène : la misère, sans travail, sans parents, sachant qu’il a été abandonné par son père et rejeté par le système enfin toute la société. Ne sachant plus quoi faire, le jeune homme, poussé à bout, s’est procuré une arme (un pistolet), puis s’est dirigé vers le cimetière à proximité de la ville pour se donner la mort.

Au moment, où il allait se tirer une balle dans la tête, un homme d’un certain âge, (genre SDF sans domicile fixe), complètement ivre, qui était en train de roupiller, surgit entre deux tombes et accoure dans sa direction afin de l’empêcher de commettre l’irréparable.

Ils se sont mis à raconter alors leurs mésaventures douloureuses. Episode poignant d’une vie en charpie. Le père finit par découvrir que le jeune homme en question était son fils. Cette longue séparation les a obligé à vivre une vie tres dure, chacun de son côté. Les retrouvailles s’en est une autre, enfin.

Abdelmadjid Benyahia

Source : lematindz.net

Laisser un commentaire