Allemagne: la cote de popularité de la coalition au pouvoir au plus bas



Cette baisse de popularité parmi les électeurs est accompagnée de désaccords publics entre les dirigeants chrétiens-démocrates (CDU) et leurs alliés bavarois de l’Union chrétienne-sociale (CSU) ainsi que du Parti social-démocrate (SPD), membre de la coalition gouvernementale CDU-SPD.

Selon le sondage, effectué entre le 25 et 30 mai par l’institut INSA mandaté par le journal allemand Bild, la cote de popularité de la coalition au pouvoir, qui comprend l’alliance CDU-CSU et le SPD, est tombée à 49%. Pour le moment, le parti de Mme Merkel (CDU) et son partenaire bavarois CSU ne recueilleraient que 30% des voix, et le SPD 19%.

Selon les données publiées le 31 mai, les sociaux-démocrates sont rattrapés par le parti Alternative pour l’Allemagne (AfD, droite) qui recueillerait 15% des suffrages. Quant à l’opposition parlementaire — les Verts et « La Gauche » —, ces partis obtiendraient respectivement 13% et 9,5% des voix. Le Parti libéral-démocrate se limiterait à 8%.

Ces derniers temps, les attaques mutuelles des leaders sont devenues assez fréquentes au sein de la coalition. Le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière est préoccupé par la situation de l’alliance CDU-CSU, principalement en raison des conflits publics entre les deux partis, soulignant qu’ils sont nuisibles à l’alliance dans son ensemble. Le ministre a appelé à résoudre de tels conflits non en public mais à huis clos.

Par ailleurs, selon Bild, lors de la réunion de la direction de la CSU, le président du parti, Horst Seehofer, a exprimé son mécontentement du fait que certains membres de la CDU ne voulaient pas considérer la CSU comme un partenaire politique.

« Dans la CDU, il y a actuellement des forces, représentées même à la Chancellerie fédérale, qui considèrent la CSU comme une erreur de l’histoire de l’après-guerre qui doit être corrigée », a souligné M.Seehofer, cité par le journal.

Les élections législatives allemandes se tiendront en août ou en septembre 2017.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire