Amar Ezzahi n’est plus (entourage)



Le maître de la chanson chaâbi Amar Ezzahi, 75 ans, est décédé mercredi après midi à son domicile à Alger, a appris l’APS auprès de son entourage.

Le célèbre interprète du chaâbi avait été hospitalisé en septembre dernier à Alger pour un malaise.

Amar Ezzahi était en attente d’être transféré dans un établissement hospitalierspécialisé à l’étranger, avait déclaré le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi le 21 novembre dernier.

Ce dernier a fait savoir ce matin que l’icône de la musique Chaâbi Amar Ezzahi allait être admis vendredi à la clinique Rothschild Fondation de Paris, dans une déclaration à la Radio internationale. Le cheikh attendait ainsi depuis

Né le 1er janvier 1941 à Ain El Hammam à Tizi Ouzou, Amar Ezzahi a débuté sa carrière dans le chaâbi et le hawzi de Tlemcen dans les années 1960, après l’indépendance. Son premier enregistrement date de 1968 et devient l’un des plus brillants interprètes du chaabi des années 1970.

Modeste, réservé, se confiant rarement, fréquentant souvent le café El Kawakib, Amar Ezzahi disparaît pratiquement de la scène artistique à partir de 1980 et n’est présent que lors des fêtes familiales.

Il réapparaît le 10 février 1987 dans un récital à la salle Ibn Khaldoun avec Mustapha Skandrani à Alger, où il interpréta entre autres « El Kaoui, Ghadder Kassek Ya Ndim, Taleb Tiri Aalla, Mekka y’al qelb El Haoui, El Harraz » pour s’effacer à nouveau

Huffpostmaghreb.com

Laisser un commentaire