Amar Saâdani répond à Zohra Drif et au groupe des 14



Même s’il a été avare en déclarations lors de la réunion du bureau politique de son parti, dimanche, le secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, n’a pas manqué de répondre à ses détracteurs, particulièrement à l’ex-sénatrice Zohra Drif qui a critiqué le silence du FLN après les déclarations d’un responsable français assimilant « l’attentat du Milk Bar » en 1956 à un « acte terroriste ».

« Le FLN rejette les déclarations des responsables officiels et non officiels français concernant les affaires algériennes et considère qu’elles sont en porte-à-faux avec les principes adoptés entre les deux pays », affirme l’ancien parti unique dans la résolution de son bureau politique publiée sur son site internet.

Cette réponse, même si elle est mesurée, constitue la première réaction du FLN, après celle d’Ahmed Ouyahia, aux déclarations de Guillaume-Denoix de Saint-Marc, fondateur et directeur-général de l’Association française des victimes de terrorisme (AFVT). Ce dernier avait qualifié le 19 septembre, lors d’une cérémonie d’hommage aux victimes des attentats en France, en présence du président François Hollande, l’attentat du Milk Bar d’Alger, perpétré un dimanche 30 septembre 1956, d’ « acte terroriste ».

« J’attends de mon État, de mon gouvernement, de mon ministre de tutelle qu’ils assument leur responsabilité constitutionnelle. J’ai attendu, en vain, la réaction de l’ONM dont les statuts visent clairement la défense des intérêts moraux des moudjahidine. Mais je dois avouer que j’attendais surtout la réaction du parti FLN qui prétend continuer le combat mené par le FLN historique durant la Guerre de libération nationale en préservant et en consolidant l’indépendance et la souveraineté de l’État algérien. Mais à l’évidence, la direction actuelle du FLN a complètement rompu et dévié avec ce pourquoi le FLN avait été créé : l’indépendance nationale », avait réagi, quelques jours plus tard, l’ex-vice présidente du sénat, Zohra Drif.

D’autre part, le BP du FLN a dénoncé « toutes les tentatives d’atteinte aux symboles de la révolution qu’il considère comme une atteinte au peuple algérien ». Dans une allusion à la lettre des 14 qui ont appelé « les militants » à contester la direction actuelle, le BP du FLN a salué «la position ferme des militants et leur discipline partisane autour de la direction » et « leur souci de sauvegarder l’image du parti ». Dans ce contexte, le FLN les appelé à la « vigilance et à la mobilisation pour la concrétisation dans l’unité des résolutions du 10éme congrès ».

Source : tsa-algerie.com / Sonia Lyes

Laisser un commentaire