Ankara pose un ultimatum aux Kurdes syriens



La Turquie continuera de viser les combattants kurdes dans le nord de la Syrie tant qu’ils n’auront pas reculé à l’est de l’Euphrate, a prévenu lundi son ministre des Affaires étrangères, au sixième jour d’une offensive des forces turques dans le pays voisin.

« Les YPG (Unités de protection du peuple kurde), comme les Etats-Unis l’ont promis, et eux-mêmes l’ont déclaré, doivent repasser à l’est de l’Euphrate dès que possible, et tant qu’ils ne le feront pas ils (resteront) une cible », a affirmé Mevlüt Cavusoglu lors d’une conférence de presse avec son homologue néerlandais Bert Koenders.

Mercredi dernier à Ankara, le vice-président américain Joe Biden avait déclaré avoir « dit très clairement » que les forces kurdes « doivent retraverser le fleuve » et « n’auront, en aucune circonstance, le soutien des Etats-Unis si elles ne respectent pas leurs engagements ».

La Turquie, en conflit avec les Kurdes sur son propre territoire, est farouchement hostile à l’idée que les Kurdes syriens forment une ceinture continue le long de sa frontière.

Ankara considère le Parti de l’Union démocratique (PYD) et sa branche armée, les YPG, comme des organisations « terroristes », bien qu’elles soient épaulées, en tant que forces combattant efficacement les djihadistes, par Washington, allié traditionnel de la Turquie.

M. Cavusoglu a par ailleurs accusé les YPG de procéder à un « nettoyage ethnique ». « Dans les endroits où ils se rendent, les YPG forcent tout le monde à migrer, y compris les Kurdes qui ne pensent pas comme eux, et procèdent à un nettoyage ethnique », a-t-il déclaré.

Dimanche, la Turquie a annoncé avoir tué 25 « terroristes » kurdes lors de frappes aériennes dans le nord de la Syrie, dans le cadre de l’opération « Bouclier de l’Euphrate » visant officiellement à la fois les milices kurdes et le groupe djihadiste Daech.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), au moins 40 civils ont été tués dans les bombardements turcs, des allégations fermement démenties par Ankara.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire