Anouar Benmalek : « La poésie est l’Everest de la littérature ».



Docteur d’état en mathématiques, Anouar Benmalek est aussi un très grand écrivain algérien, connu et reconnu en Algérie et dans le monde entier. Il est né en 1956. Il a écrit une quinzaine de livres : des romans, des nouvelles et des poèmes.

Pour plus d’informations sur ce talentueux écrivain, je vous recommande de lire l’entretien qu’il a accordé au journaliste/écrivain Youcef Merahi, livre intitulé « Vivre pour écrire », paru aux éditions « Sédia ». Vous aurez la chance de connaitre ses opinions lucides et clairvoyantes sur le monde passionnant mais complexe de la littérature.

L’auteur donne ses précieux avis sur la création, l’inspiration, la fiction, l’imagination, le livre, le roman, la poésie, la littérature, la solitude et les doutes de l’écrivain dont la vie balance entre l’enfer et le paradis et tant d’autres choses encore. En attendant, je vous invite à méditer ce résumé de  ses réflexions fécondes et profondes sur la poésie.

« La poésie doit rester un langage accessible et compréhensible. Cela demande une grande maitrise de son art par le supposé poète. Exprimer des choses nouvelles avec des mots communs est un exercice très délicat. La tâche de la littérature en générale et la poésie en particulier est de nous inciter à se poser les questions les plus pertinentes et les plus importantes.

La poésie existe pour nous rappeler que vivre est une tragédie. Cette angoisse perpétuelle nous accompagnera hélas durant toute notre vie jusqu’à la fin. La poésie, la vraie, ne pourra jamais être populaire. La poésie est l’Everest de la littérature. Même si j’écris tres peu de poésie, elle reste vitale pour moi et j’en lis beaucoup. Je l’utilise comme une thérapie pour guérir mes maux. »

Par Hammar Boussad.

Laisser un commentaire