Apple se place-t-il au-dessus des lois en refusant de coopérer avec le FBI?



Le milliardaire Michael Bloomberg est inquiet que la décision d’Apple de ne pas divulguer au FBI comment pirater le système de sécurité du smartphone, qui appartenait à un terroriste, soit soutenue par plusieurs concurrents et entreprises informatiques.

La multinationale Apple et d’autres géants de la Silicon Valley se placent au-dessus de la loi en refusant aux autorités américaines d’accéder aux données personnelles des utilisateurs, estime l’ancien maire de New York Michael Bloomberg dans un article pour The Wall Street Journal. Selon lui, une telle approche est lourde de conséquences désastreuses pour la sécurité publique.

Le propriétaire de l’agence de presse homonyme Bloomberg a rappelé que la décision d’Apple de ne pas divulguer au Bureau fédéral d’enquête (FBI) américain la méthode de piratage du système de sécurité de l’iPhone appartenant au terroriste de San-Bernardino, a été soutenue par de nombreux concurrents de l’entreprise.

« Ils ont fait valoir qu’ils ne pouvaient pas être forcés à obéir à l’ordre du tribunal, même s’ils compromettaient ainsi la vie d’innocents. Heureusement, le gouvernement a réussi à pirater l’iPhone tout seul, mais la prochaine fois le peuple peut ne pas avoir de chance », a souligné l’homme d’affaires.

A titre d’exemple, il a cité un smartphone hypothétique avec des données sur le détournement imminent d’un avion.

« Devons-nous permettre au fabricant de refuser d’obéir à l’ordre du tribunal et de ne pas aider à pirater ce smartphone. Bien sûr que non. Nous sommes une nation des lois, et aucune industrie ne doit se placer au-dessus des lois », a noté M.Bloomberg.

En mars dernier, le tribunal de Californie a demandé au groupe Apple de fournir au FBI un logiciel spécialisé afin d’avoir accès au smartphone du terroriste Rizwan Farook, responsable de la fusillade de San Bernardino.

Le président du groupe Apple, Tim Cook, a rétorqué que cette exigence présentait une menace pour la sécurité des clients, tandis que ses conséquences étaient « hors du cadre légal ». Il a également déclaré, en dépit de la décision du tribunal, que la société ne transférerait pas le logiciel aux services secrets, ajoutant que toutes les données nécessaires avaient été envoyées aux autorités.

Cependant, le gouvernement américain a annoncé, le 4 avril, avoir réussi à débloquer sans l’aide d’Apple l’iPhone de Syed Farook, responsable avec sa femme de la mort de 14 personnes en décembre à San Bernardino en Californie. L’attentat a par la suite été revendiqué par l’Etat islamique.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire