Après les séismes, la lutte contre les éboulements



JaponLes secouristes sont engagés dans une course contre la montre après la série de séismes qui a tué 41 personnes dans le sud-ouest du Japon.

Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la région laissent craindre de nouveaux glissements de terrain.

Le premier tremblement de terre survenu jeudi soir et le second, plus puissant, qui avait frappé dans la nuit de vendredi à samedi, ont fait au moins 41 morts. Près de 1000 personnes ont été blessées, dont 184 grièvement.

Onze personnes restaient portées disparues dimanche, avec la crainte qu’elles n’aient été enterrées vives sous les maisons effondrées ou les éboulements. Les recherches sont freinées par les dégâts subis par les infrastructures des transports et par le mauvais temps.

62’700 foyers étaient toujours sans électricité, plus de 300’000 habitations privées d’eau courante et certains secteurs n’avaient plus accès au gaz, a rapporté la chaîne NHK. Au total, plus de 90’000 personnes ont été évacuées, dont 300 d’une zone proche d’un barrage qui menaçait de rompre.

Torrents de boue

Dans la région montagneuse de Minami-Aso, des torrents de boue ont tout emporté sur leur passage. Des dizaines de sauveteurs munis de pelles fouillaient les décombres, sous le soleil revenu après d’abondantes pluies qui font redouter d’autres drames.

«J’ai entendu un grondement juste après le séisme, puis quelques minutes plus tard de l’eau a envahi la maison», a raconté Yoko Heta, 38 ans. Son voisin est mort dans le drame avec son chien, tandis que sa femme demeurait introuvable.

Dans la ville voisine de Mashiki, très peu des maisons traditionnelles en bois aux élégants toits de tuiles sont restées intactes. Les survivants tentaient dimanche de s’organiser.

Masanori Masuda, 59 ans, qui a également bâti un logement de fortune, explique que beaucoup de maisons restées dans un état correct après le premier tremblement de terre ont reçu le coup de grâce avec le second.

Gigantesques glissements de terrain

Les deux puissantes secousses ont déclenché de gigantesques glissements de terrain qui ont englouti des habitations, des routes et des voies de chemin de fer et même réduit à un tas de décombres des bâtiments modernes. Des images aériennes montraient le pont d’un grand axe routier tombé sur une chaussée en contrebas, ses piliers littéralement fauchés.

Le gouvernement a envoyé 25’000 soldats, pompiers, médecins et autres sauveteurs dans les régions affectées. L’armée américaine a pour sa part annoncé «préparer un soutien aérien», en vertu de «l’alliance de longue date qui unit le Japon et les Etats-Unis».

Environ 400 répliques ont secoué ces derniers jours Kumamoto et d’autres points du centre de l’île de Kyushu. Cette région est peu habituée aux tremblements de terre très fréquents dans d’autres parties de l’archipel nippon.

Les trois centrales nucléaires de la région n’ont pas été endommagées. L’Autorité de régulation du nucléaire a cependant annoncé qu’elle tiendrait lundi une réunion extraordinaire.

Bassin industriel

La région de Kumamoto forme un bassin industriel important. Plusieurs usines, dont celles de Sony, Nissan et Toyota , ont suspendu leur production, le temps d’évaluer les dégâts.

Toyota a fait savoir qu’il suspendait la production dans ses usines dans tout le Japon car les séismes ont perturbé leur approvisionnement en pièces détachées. (ats/nxp)

Lire l’article depuis sa source : www.24heures.ch

Laisser un commentaire