Après maintes dénonciations « 2084, la fin du monde » de Boualem Sansal arrive enfin à Tizi Ouzou



TIZI-WEZZU (Tamurt) – Publié pour la première fois, le 20 août 2015, le dernier roman de Boualem Sansal, « 2084, la fin du monde » (Editions Gallimard, grand Prix du roman de l’Académie française), n’est disponible en Algérie, plus particulièrement dans la ville de Tizi Ouzou, que depuis cette semaine.

Il a fallu que le grand auteur Boualem Sansal tire la sonnette d’alarme à maintes reprises pour dénoncer la censure sournoise qui frappe ses œuvres en Algérie pour qu’enfin cet excellent roman d’anticipation soit à la portée des lecteurs kabyles. Après une attente et une réticence de plus de six mois, les autorités algériennes chargés de censurer les œuvres des auteurs qui refusent l’abdication, ont courbé l’échine et fini par laisser passer « 2084, la fin du monde » de Boualem Sansal, sans doute par crainte d’enfoncer encore davantage l’image déjà terne de l’Algérie auprès de l’opinion internationale concernant la liberté d’expression, réduite à sa portion congrue cette dernière décennie.

Le grand roman du talentueux  Boualem Sansal qui avait également fait l’objet d’une sélection  de prédilection sur la liste du Prix Goncourt 2015 a été d’abord censuré sans scrupules et de façon grossière des stands des Editions Gallimard lors du dernier Salon international du livre  d’Alger. Pour rappel, l’écrivain Boualem Sansal a tenu à plusieurs reprises à dénoncer la censure qui frappe ses romans, notamment ceux dont il fait état de ses positions intransigeantes et de principe concernant l’extrémisme islamique ainsi que le système politique algérien qui a pulvérisé l’Algérie, en moins d’un demi-siècle de gestion catastrophique.

Le dernier roman de Boualem Sansal, salué à l’unanimité, par toute la critique à l’instar de nombreuses autres œuvres de l’écrivain comme « le Serment des barbares » (Gallimard, 1999) est proposé dans quelques librairies de Tizi Ouzou au prix de 1300 DA au grand bonheur des lecteurs kabyles qui ne peuvent pas aller en France ou ailleurs en Europe pour se le procurer.  C’est donc avec fierté que les lecteurs kabyles pourront découvrir et lire ce livre passionnant de Boualem Sansal, élu également, meilleur livre de l’année 2015 en France, toutes catégories confondus par le prestigieux magazine littéraire « Lire ».

Lyès Medrati pour Tamurt

Source : tamurt.info / Lyes Medrati

Laisser un commentaire