Attentat meurtrier à Mogadiscio



SomalieAu moins dix personnes, dont deux députés, ont été tuées dans une attaque visant un hôtel de Mogadiscio et revendiquée par les islamistes somaliens shebab.

Les combats étaient toujours en cours jeudi matin entre les forces somaliennes et des assaillants retranchés dans le bâtiment.

Cet attentat a été mené quelques heures après l’annonce par les autorités somaliennes de la mort du cerveau présumé de l’attaque perpétrée par les shebab contre l’université de Garissa, dans l’est du Kenya. L’assaut avait fait 148 morts en 2015. Il aurait été tué par des forces spéciales dans le sud-ouest du pays dans la nuit de mardi à mercredi.

L’attaque contre l’hôtel Ambassador avait débuté mercredi vers 17h40 locales (16h40 en Suisse) avec la puissante explosion d’une voiture piégée, ont affirmé à l’AFP des sources sécuritaires. Au moins deux assaillants avaient ensuite pénétré dans l’hôtel, tandis qu’un autre avait péri à l’extérieur du bâtiment, ont indiqué des sources concordantes.

L’explosion a causé d’importants dégâts, de nombreux débris ayant été projetés à des dizaines de mètres, et la fumée dégagée pouvait être vue à des kilomètres, selon des images publiées sur les réseaux sociaux.

Encore un ou deux assaillants

«Il semble que l’attaque ne soit pas terminée, nous pouvons encore entendre des échanges de coups de feu à l’intérieur de l’hôtel», a déclaré à l’AFP Hassan Mohamed, qui habite à proximité de l’hôtel. Plusieurs détonations ont été entendues vers 05h20 locales, a-t-il assuré.

«Il pourrait encore y avoir un ou deux assaillants en vie au troisième étage, mais le reste du bâtiment est libre», a par ailleurs indiqué une source sécuritaire.

L’attaque sur cet hôtel dans lequel logaient plusieurs parlementaires a fait au moins dix morts et 40 blessés, selon des sources médicales et sécuritaires..

Autre opération commando

Quelques heures avant l’attaque, le ministre de la Sécurité de l’Etat somalien du Jubaland (sud-ouest) avait annoncé la mort de celui que le Kenya présente comme le principal organisateur du massacre de Garissa, perpétré le 2 avril 2015 et qui avait suscité l’émoi à travers le monde.

Mohamed Mohamud, alias «Kuno», un ancien professeur kényan d’une école coranique de Garissa, a été «tué par des commandos somaliens et les forces spéciales du Jubaland» dans la nuit de mardi à mercredi, avait déclaré à la presse le ministre, Abdirashid Janan.

Selon le ministre, trois autres hauts commandants shebab présumés ont été tués dans cette opération. Le Kenya avait annoncé la mort de Mohamed Mohamud en juillet 2015 dans une attaque de drone américain en Somalie, avant de finalement se rétracter.
(ats/nxp)

Lire l’article depuis sa source : www.24heures.ch

Laisser un commentaire