Au moins 400 arrestations et des pillages



VenezuelaLa ville de Cumana a été le théâtre de violences dues à la faim, mercredi.

Les forces de sécurité vénézuéliennes ont arrêté au moins 400 personnes à la suite du dernier accès en date de pillages et d’émeutes de la faim dans le pays, ont rapporté mercredi les autorités. Le pays est soumis à de graves pénuries de vivres et de produits de première nécessité.

La violence s’est emparée mardi de la ville côtière de Cumana, où des personnes s’en sont prises à des dizaines de boutiques. Des informations non confirmées, faisant état de plusieurs morts à Cumana, la capitale de l’Etat de Sucre, ont circulé sur les réseaux sociaux. Un député d’opposition de la région a, quant à lui, parlé d’un homme tué par balle.

Pour le gouverneur de l’Etat, membre du parti socialiste au pouvoir, les décès en question n’ont rien à voir avec les pillages. Il a accusé les politiciens de droite d’encourager les pillards. «Je n’ai aucun doute sur le fait qu’ils les ont payés, tout cela était préparé», a-t-il expliqué.

Emeutes dans d’autres Etats

Le gouverneur de l’Etat d’Anzoategui, limitrophe de celui de Sucre, a déclaré que huit personnes avaient été arrêtées mardi dans sa région en situation «irrégulière» – terme généralement utilisé pour faire allusion à des pillages.

Un jeune de 17 ans a par ailleurs été tué par balle mardi soir lors d’une «situation irrégulière» dans le Merida, a fait savoir mercredi le parquet. Selon certains médias, des émeutes de la faim ont eu lieu dans cet Etat et une permanence du parti socialiste a été attaquée.

Les manifestations et les échauffourées autour de magasins se sont développées dans tout le Venezuela ces dernières semaines, sur fond de graves pénuries de vivres et de produits de première nécessité comme les médicaments. (ats/nxp)

Lire l’article depuis sa source : www.24heures.ch

Laisser un commentaire