Bravo, Moscou! Le Pentagone reconnaît les interceptions professionnelles de ses avions



L’aviation russe agit de façon professionnelle en cas d’interceptions d’avions militaires américains, tel est l’avis du commandant des forces aériennes américaines en Europe et en Afrique, le général Frank Gorenc.

« Nous rencontrons souvent les Russes dans l’espace aérien international et dans les alentours », a raconté le général dans un entretien à Air Force Times. « La plupart des interceptions sont professionnelles mais des discussions sur le professionnalisme de tel ou tel équipage ont lieu de temps en temps lorsque ses actions nous font nous poser la question +Qu’est-ce qu’ils font?+ ».

Quant aux pilotes américains, ils se conduisent également d’une manière professionnelle dans des cas similaires, a fait remarquer M. Gorenc. Mais ils doivent tout de même suivre un entraînement spécial dans une situation de « menace russe croissante »…

Entre-temps, le nombre des interceptions considérées comme dangereuses par les Etats-Unis n’a guère accru en réalité, ayant atteint leur maximum en 2014. Les pilotes russes connaissent les trajets des vols quotidiens de l’aviation américaine et les interceptions des forces aérospatiales russes ne sont pas inhabituelles, a indiqué un représentant du Pentagone.

Les avions russes tendent à respecter la distance de 15 mètres par rapport aux avions américains, ce qui est considéré comme distance de sécurité.

Malgré cela, le Pentagone a maintes fois fait état des interceptions prétendument dangereuses et non professionnelles des avions américains par l’aviation russe. Fin avril, Washington avait déclaré que le Boeing RC-135, effectuant un vol ordinaire dans l’espace aérien international, avait été intercepté par un Su-27 russe de façon dangereuse et non professionnelle, cette manœuvre pouvant même conduire à une escalade dans les relations entre la Russie et les Etats-Unis.

Le ministère russe de la Défense avait commenté les déclarations du Pentagone estimant que tous les vols des avions russes étaient effectués conformément aux normes internationales d’utilisation de l’espace aérien. Et l’armée de l’air américaine avait deux moyens de résoudre le problème d’interceptions: soit renoncer à voler près des frontières russes, soit allumer le transpondeur pour que les instruments russes d’imagerie radar chargés de contrôler la situation dans les airs puissent les identifier.

Après de multiples accusations à l’encontre de Moscou, Washington a pourtant avoué que les militaires russes ne provoquaient pas d’incidents aériens.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire