Chakib khelil, une vision en trois dimensions



L’ancien ministre de l’énergie et des mines, Chakib Khelil, estime que la sortie de la crise économique qui secoue l’Algérie passe par trois axes fondamentaux qui impliquent toutes les potentialités du pays devant servir, à terme, à réduire la dépendance aux richesses irrécupérables ou vouées à disparaitre comme le pétrole.​

« Ma vision de l’Algérie de demain repose sur trois dimensions plus que jamais nécessaires et inévitables pour enclencher une politique économique et sociale favorisant l’émergence d’un modèle de gestion des ressources qui ne sera plus l’otage des hydrocarbures « , a affirmé Chakib Khelil lors d’une rencontre, hier, au siège du journal arabophone El Hiwar.

Le premier axe sur lequel devrait reposer cette stratégie est la diplomatie, a-t-il dit, expliquant qu’il « reviendra à notre diplomatie de prospecter et de cibler les segments sur lesquels pourraient être orientées nos exportations ou nos investissements ».

Nos ambassades sont suffisamment outillées pour faire en sorte à ce que la diplomatie devienne au service de l’économie à travers la mise en place d’une nomenclature des marchandises pouvant être exportées, des segments pouvant servir à l’investissement et du partenariat, a estimé l’ancien ministre.

Cette orientation ne saurait se faire sans associer les compétences au sein de la diaspora algérienne éparpillée dans le monde. « Nous devrons bénéficier de manière effective de l’expertise algérienne, sous des formes qui favorisent le développement « , a-t-il ajouté.

Toutefois, la mission de la diplomatie ne se limiterait pas à ce chapitre mais doit aussi œuvré à concrétiser les règlements des conflits dans le voisinage et en Afrique qui devrait constituer le prolongement économique de l’Algérie.

Le second axe de la vision s’articulera sur le développement continu. Il s’agit, a-t-il souligné, de lancer une politique économique avec des plans à long terme dans les domaines générateurs de richesses et de profits articulés aussi sur la nouveauté et la diversité.

Pour Khelil, chaque secteur doit faire l’objet d’une analyse et d’une stratégie avec des priorités.
Mais dans cette optique l’Algérie devrait se tourner vers l’Afrique qui constitue un marché prometteur de 800 millions d’habitants. « Il est temps que l’Algérie accède, avec force, aux marchés africains que ce soit sous le statut d’exportateur ou d’investisseur « , a-t-il encore dit.

Le troisième axe sur lequel est basée la vision de Khelil touche les aides et le soutien de l’Etat aux couches défavorisées. « Au moins 20 % du PIB (produit intérieur brut) est consacré au soutien de toute forme apporté par l’Etat », a-t-il fait savoir affirmant que ceux qui bénéficient de l’aide publique ne sont pas forcément les nécessiteux.

« Il est impératif d’établir une justice en instaurant un système d’aide ciblée qui protège autant les deniers publics que les nécessiteux.

« Pourquoi le soutien va aux grandes entreprises commerciales alors qu’en principe il devrait être réservé à ce qui ont en besoin « , s’est-il interrogé. Evoquant, les accusations dont il fait l’objet de la part de « certains cercles », l’ancien ministre s’est dit surpris que chaque fois ces « accusations infondées « émanent des milieux médiatiques français qui sont ensuite relayées par des médias algériens.

Khellil considère qu’il fait d’un règlement de compte étant donné, dit-il, que « lorsque j’étais à la tête du ministère de l’énergie et des mines je me suis rendu comptes des entorses et manœuvres rédhibitoires des entreprises française dont Total, plus soucieuse à paralyser des projets en Algérie qu’a les développer y compris lorsque ses projets lui sont confiés suite à une soumissions légale « . Selon lui, les choses sont claires…

Jeune-independant.net

Laisser un commentaire