Colloque international sur l’oeuvre de Belaid Ath Ali, dimanche à Tizi-Ouzou



TIZI OUZOU- Un colloque international sur l’oeuvre de l’auteur algérien d’expression Amazighe, Belaid Ath Ali (1909-1950) se tiendra les 24 et 25 du mois courant, dans la wilaya de Tizi-Ouzou, a-t-on appris samedi des organisateurs.

Cette rencontre, organisée par le Haut commissariat à l’Amazighité (HCA), en collaboration avec le Laboratoire de l’aménagement et de l’enseignement de la Langue Amazighe (LAELA) de l’université de Tizi Ouzou, et avec le soutien de la direction locale de la culture, est placée sous le thème « Belaid Ath Ali, un auteur et une oeuvre à +re+ lire ».

Elle regroupera des chercheurs issus notamment des universités de Tizi-Ouzou, Bejaia et Bouira, et des étrangers venus de France et d’Italie, qui aborderont différents aspects de l’oeuvre de Belaid Ath Ali de son vrai nom Izarar Belaid, considéré comme le premier écrivain d’expression Kabyle.

Dans la problématique de ce colloque, les organisateurs expliquent, en effet, que son £uvre « constitue un moment important dans l’histoire de la littérature amazighe de Kabylie. Tout en reprenant des genres et des textes de l’oralité traditionnelle, Belaid Ath Ali les a retravaillés pour y injecter une tendance à la modernité littéraire. Son texte « Lwali n udrar », écrit durant les années quarante est considéré désormais comme le premier roman en tamazight ».

L’ambition de ce colloque, est de participer à « l’approfondissement et au renouvellement de la critique de l’£uvre de cet auteur pionnier », ont souligné les organisateurs de cet événement scientifique qui s’articulera autour de cinq grands axes, à savoir, « Critique de la critique des écrits de Belaid Ath Ali », « Approche textuelle dont l’objectif est de déceler les tendances (et

spécificités) stylistiques de l’oeuvre », « L’importance des écrits de Belaid dans l’histoire littéraire », « Les écrits de Belaid comme corpus », et « L’oeuvre de Belaid vue par ses pairs ».

Une trentaine de communications sont programmées durant cette manifestation et porteront entre autre sur « Les écoles au début de la colonisation », « Quelques particularités linguistiques de l’£uvre de Belaïd Ait Ali »,  » La poésie de Belaïd Aït Ali, entre tradition et modernité ou pour une poétique de la rupture », « L’interface de l’oralité et de l’écriture dans les récits de Belaïd Ait Ali entre autobiographie et ethnographie » et « De l’humour et de la dérision dans l’oeuvre de Belaïd At Ali ».

Deux ateliers sur les techniques d’écriture de nouvelles et de romans, et la traduction de et vers Tamazight sont au menu de ce colloque et seront encadrés respectivement par Saïd Chemakh, (maître de conférences a l’université de Tizi-Ouzou) et Boudjemaa Aziri ( docteur en traductologie et cadre au HCA).

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Laisser un commentaire