Comment la Gendarmerie a mis la main sur de la cocaïne à Alger



En l’espace de 24 heures, les gendarmes d’Alger et ceux de Bordj Bou Arreridj ont démantelé deux réseaux de trafic de drogue. Le premier entre Staouéli et Ouled Fayet et le second entre Bordj Bou Arreridj et Tlemcen.

Cocaïne, cannabis et psychotropes, les deux réseaux trafiquaient tous genres de drogues. A Alger, un réseau de trafic de cocaïne a été démantelé, avant-hier, par les gendarmes de la brigade de Palm Beach. Six trafiquants présumés, dont trois repris de justice, demeurant à Ouled Fayet ont été arrêtés suite à un contrôle de deux véhicules légers, selon un communiqué de la Gendarmerie nationale rendu public hier.

Lors du barrage permanent dressé sur la route à Staouéli, les gendarmes de Palm Beach ont saisi 358 comprimés de psychotropes, découverts dans un sac à main dissimulé sous le siège arrière d’un des deux véhicules, ayant à son bord quatre suspects.

Le conducteur, repris de justice, dénommé M.D. et âgé de 25 ans, demeurant à Ouled Fayet, a profité du moment où les gendarmes conduisaient ses trois compagnons, dont deux repris de justice, vers le poste du dispositif de barrage pour identification, pour démarrer en trombe et prendre la fuite en direction de Staouéli.

Aussitôt, les recherches déclenchées par les gendarmes de ladite brigade territoriale ont conduit, à 22 heures, à l’interpellation du mis en cause à bord de son véhicule, à Staouéli.

En outre, à 23 heures, lors d’une patrouille à la sortie de la commune de Staouéli, les gendarmes de la brigade locale ont interpellé deux autres trafiquants présumés à bord d’un véhicule de tourisme, en possession de 22 grammes de cocaïne, 70 comprimés de psychotropes et la somme de 83 000 DA, représentant le produit de vente de ces substances.

Par ailleurs, agissant sur renseignements fournis par un citoyen, les gendarmes de la brigade territoriale d’Aïn Benian, renforcés par ceux de la brigade de recherches de Chéraga, ont récupéré un sac contenant plus de neuf kilos de cannabis, rejeté par les vagues à la plage El-Djamila.

Plus loin d’Algér, un autre réseau est tombé à Bordj Bou Arreridj. Les gendarmes de la section de recherches ont appréhendé neuf trafiquants présumés, dont une femme, pour association de malfaiteurs, détention et commercialisation de stupéfiants.

De leur côté, les gendarmes de la troisième Section de sécurité et d’Intervention du groupement territorial ont interpellé sur la RN 05, reliant Bordj Bou Arreridj à Sétif, deux trafiquants présumés circulant à bord d’un camion semi-remorque, en possession de 16,4 kg de kif traité et sept comprimés de psychotropes.

Poursuivant les investigations et en vertu d’une extension de compétence et de mandats de perquisition, les gendarmes enquêteurs ont récupéré dans le domicile de l’une des personnes interpellées à Oran, 1,350 kg de kif traité et un comprimé de psychotrope.

Au cours de l’enquête, trois de leurs acolytes ont été interpellés à Bordj Bou Arreridj, à bord d’un véhicule léger, deux autres au centre-ville de la commune d’Aïn Cherchar (Skikda) et la femme à Bordj Bou Arreridj.

D’autre part, le centre des opérations du groupement territorial de la Gendarmerie nationale de Sétif a reçu une communication téléphonique sur le numéro vert 10 55 émanant d’un citoyen demeurant au centre-ville d’El Ouricia, avisant de la découverte d’un sac renfermant 400 gr de kif traité, abandonné à l’intérieur de son camion de dépannage, par le conducteur d’un véhicule de marque Renault Clio Campus, qu’il avait conduit d’El Ouricia vers Tadjenanet (Mila).

Alertés, les gendarmes de la brigade locale d’El Ouricia se sont déplacés au domicile dudit dépanneur, où ils ont récupéré ladite substance et procédé à l’enquête.

Jeune-independant.net

Laisser un commentaire