Comment le Mexique se protège contre la chute des prix du pétrole



Face à la chute des prix du pétrole, le Mexique, important producteur de brut, a pris ses dispositions. La seconde économie d’Amérique latine (après le Brésil) a mis en place un système de couverture des risques. Une sorte de police d’assurance, souscrite chaque année, qui a permis au gouvernement mexicain d’engranger un montant de 6,4 milliards de dollars en 2015, un record, selon l’agence Bloomberg.

« Assurance » contre les risques de baisse des cours

En 2016, le Mexique a pris cette assurance avec de grandes banques internationales, en fixant les prix à 49 dollars le baril. En deçà de ce cours, les partenaires choisis sont tenus de verser la différence à l’État. Avec les cours actuels, le Mexique pourrait recevoir 3 milliards de dollars au minimum, indique Bloomberg.

Dans le passé, le gouvernement mexicain a déjà collaboré avec de grandes institutions financières comme Goldman Sachs Group Inc. ou JP Morgan Chase & Co., rappelle la même source. En 2009, suite à la crise financière mondiale, le Mexique a empoché 5,1 milliards de dollars. Cette mesure permet donc aussi d’amortir le contre-choc pétrolier actuel.

Un simple gain de temps

Pour autant, le gouvernement du Mexique ne semble pas se reposer sur ses lauriers. Au contraire, comme le signalent les analystes, cette mesure est un simple gain de temps, permettant d’absorber le choc et de gagner une certaine marge de manœuvre pour conduire les réformes nécessaires.

En effet, le géant latino-américain a décidé, sous l’administration du Président Enrique Pena Nieto, de réduire sérieusement les dépenses de l’État. Ces versements de « primes d’assurances » permettent donc de prendre le temps de « choisir la meilleure façon de couper dans les dépenses », selon Carlos Capistran, l’économiste en chef pour le Mexique à la Bank of America, rapporte Bloomberg.

Source : tsa-algerie.com / Tewfik Abdelbari

Laisser un commentaire