Conséquence de la crise économique Le programme de 42 parcs industriels compromis ?



La réalisation et l’aménagement de 42 nouvelles zones industrielles (extensibles à 50) dans différentes régions du pays sont-ils compromis ? Tout porte à le croire quand on sait que sur ce total, seuls trois parcs industriels ont été retenus. Il s’agit des parcs industriels d’Oran, Ouargla et Sidi-Bel-Abbès, a-t-on appris de bonne source.

Sous l’effet de la crise, qui a fait dire au ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, que «le pétrole, c’est fini, il n’y a plus d’argent», le programme de réalisation de 42 parcs industriels, extensibles à 50, à travers le pays, devrait connaître un coup de frein. Trois d’entre eux devraient être seulement réalisés. Il est question du parc industriel de Hassi-Ben-Abdellah dans la wilaya de Ouargla, d’une superficie de 500 hectares, du parc industriel de Sidi-Bel-Abbès de 60 hectares et enfin le parc industriel de Bethioua, wilaya d’Oran, qui s’étend sur 546 hectares.
Contactés, hier, pour en savoir davantage sur ce sujet, les services du ministère de l’Industrie ne nous ont fourni aucune réponse. Rappelons tout de même que l’étude et la réalisation du programme annoncé dès 2013, devaient s’étaler sur une période de 42 mois et la première zone industrielle devait voir le jour en… 2014.

Pour ces nouveaux parcs industriels, l’Agence nationale d’intermédiation et de régulation foncière (Aniref) comptait s’appuyer sur l’expérience catalane dans ce domaine. «L’Aniref veut faire participer les entreprises catalanes dans la réalisation des futures zones industrielles», a déclaré en mars 2013 Rachid Reddaf, conseiller chargé de la communication et de la coopération à l’Aniref. «Depuis une cinquantaine d’années, les catalans ont réalisé des parcs industriels de haute facture que nous avons eu l’occasion de visiter, et nous voulons tirer le maximum de profit de cette expérience», avait précisé M. Reddaf à la veille de la tenue, à Barcelone, d’un forum algéro-catalan en mars 2013.

Parallèlement à la réalisation des nouveaux parcs industriels, le gouvernement devait lancer également un programme de réhabilitation des anciennes zones industrielles. L’ancien ministre de l’Industrie de la PME et de la Promotion de l’investissement, Chérif Rahmani, avait même promis, en 2013, d’apporter une véritable «métamorphose» aux anciennes zones industrielles, avec pour but suprême d’en faire des «parcs industriels de poids». Cela passe notamment par la décision de décentraliser la gestion des zones industrielles, qui sera dorénavant confiée aux walis.

«Il n’y aura pas, et c’est un engagement du gouvernement, de répétition des mauvaises expériences d’antan», avait déclaré Cherif Rahmani, annonçant qu’une expérience pilote sera menée sur la zone de Rouiba-Reghaïa, à l’est d’Alger.

Un bureau d’étude français du programme européen PME II a fait une étude pour faire le point sur les faiblesses, les opportunités, mais aussi les risques encourus.
Y. D.

Lesoirdalgerie.com

Laisser un commentaire