Contrôles européens de l’hélico qui s’est crashé



NorvègeTous les appareils du même type que celui qui s’est écrasé vendredi dernier feront l’objet d’une inspection.

L’agence européenne de sécurité aérienne (AESA) a demandé l’inspection de tous les hélicoptères EC225 d’Airbus après l’accident d’un appareil de ce type qui a coûté la vie à 13 personnes vendredi en Norvège.

«Les premiers éléments partiels disponibles indiquent que le rotor principal s’est détaché de la boîte de transmission principale, une enquête est en cours pour déterminer l’origine de l’accident», a indiqué l’AESA dans une information publiée mardi sur son site.

La directive de navigabilité publiée «demande, comme mesure de précaution, d’effectuer (…) certaines inspections sur la flotte d’hélicoptères EC225, et de communiquer toute divergence à l’AESA et à Airbus Helicopters», précise l’agence.

D’autres décisions pourraient «survenir en fonction des avancées de l’enquête», précise-t-elle.

Mise en garde du constructeur

De son côté Airbus Helicopters a également demandé mardi dans une alerte de maintenance envoyée à ses clients de vérifier ces mêmes pièces et en particulier les barres de suspension du rotor, a indiqué mercredi à l’AFP un porte-parole d’Airbus Helicopters, Guillaume Steuer.

«Aujourd’hui, au vu des informations dont nous disposons, nous pensons toujours que la flotte est sure. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas demandé aux opérateurs de suspendre les vols», a-t-il ajouté.

L’accident survenu en Norvège est le premier accident fatal pour cette génération de Super Puma entrée en service en 2005, a-t-il précisé. Les enquêteurs ne se sont pas prononcés sur les raisons exactes du drame.

L’appareil, un EC225 Super Puma construit par Airbus Helicopters, s’était écrasé sur une petite île proche du littoral norvégien, en revenant d’une plateforme pétrolière de la mer du Nord. Ses 13 occupants (onze Norvégiens, un Britannique et un Italien) ont été tués.

Pétition contre ces appareils

Les autorités de l’aviation en Norvège et au Royaume-Uni ont décrété dès vendredi une suspension jusqu’à nouvel ordre des vols d’EC225.

Une pétition a par ailleurs été lancée sur internet au Royaume Uni, au nom de «tous ceux qui travaillent sur les plateformes pétrolières en mer du Nord», pour réclamer le retrait du service du Super Puma. Elle avait recueilli mercredi près de 24’000 signatures.

(afp/nxp)

Lire l’article depuis sa source : www.24heures.ch

Laisser un commentaire