Corée du Sud: exercices à grande échelle à la frontière



Les deux CoréeSéoul a mené des tests avec munitions réelles, dans un climat de grande tension.

La Corée du Sud a mené lundi des exercices à grande échelle de tirs à munitions réelles en mer du Japon, où la Corée du Nord a procédé à une série de tirs de missiles sous la supervision du numéro un Kim Jong-Un.

Ces exercices, au cours desquels ont été utilisés des obusiers autopropulsés K-9 et des lance-roquettes multiples de 130 mm, se sont déroulés dans la ville côtière de Goseong, frontalière de la Corée du Nord.

Le but de la manoeuvre est de répéter «le scénario d’une provocation maritime nord-coréenne», a déclaré à la presse le porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense Moon Sang-Gyun.

Graves tensions

Ces exercices surviennent alors que les tensions se sont considérablement aggravées sur la péninsule, après le quatrième essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier, suivi le 7 février par un tir de fusée largement considéré comme un essai de missile balistique déguisé.

Au cours du mois écoulé, Kim Jong-Un a supervisé personnellement plusieurs tirs de missiles ou de roquettes en mer du Japon, également appelée mer Orientale, y compris les premiers lancements en deux ans de missiles balistiques à moyenne portée.

Fin mars, il a supervisé des exercices d’artillerie présentés par la presse nord-coréenne comme les plus importants du genre jamais menés. Le leader nord-coréen a été montré observant aux jumelles l’artillerie et les batteries lance-roquettes pilonnant une île.

Série de sanctions

Ces démonstrations de force sont destinées principalement à répondre aux exercices annuels actuellement en cours menés conjointement par les Etats-Unis et la Corée du Sud, et qui ne manquent jamais de susciter l’ire de Pyongyang.

Les exercices de lundi visaient à perfectionner la précision et l’efficacité des «procédures de tirs en mer contre des cibles ennemies», selon le porte-parole sud-coréen.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a imposé début mars une nouvelle volée de sanctions contre le régime le plus isolé au monde en réponse à ses essais nucléaire et balistique prohibés.

Le Nord a du coup multiplié les annonces belliqueuses sur les progrès de ses programmes, affirmant ainsi être parvenu à miniaturiser des têtes thermonucléaires pouvant être placées sur un missile balistique, créant ainsi une «vraie» dissuasion nucléaire. (afp/nxp)

Lire l’article depuis sa source : www.24heures.ch

Laisser un commentaire