Crise économique : l’APN maintient son train de vie



L’Assemblée populaire nationale (APN) ne sera pas touchée par l’austérité que le gouvernement impose aux Algériens pour faire face à la crise économique. En 2017, le budget de fonctionnement de la chambre basse du Parlement sera de 6,6 milliards de dinars (6.664.656.000), selon le projet du budget de l’Assemblée populaire nationale dont TSA détient une copie. Ce budget était de 6,68 milliards de dinars en 2016, soit une petite baisse de -0.26%. En 2005, le budget de l’APN était de 3,8 milliards de dinars.

Crise économique : l’APN maintient son train de vie

Selon le document, 3,8 milliards de dinars de ce budget seront consacrés aux députés, 1,8 milliard de dinars aux fonctionnaires et 915 millions de dinars aux moyens de fonctionnement. En 2017, les différentes indemnités, au nombre de huit, des députés représenteront 2,5 milliards de dinars.

Il s’agit notamment de l’indemnité principale (indemnité mensuelle) qui est à 1,9 milliards de dinars, l’indemnité spéciale réservée aux députés de la communauté algérienne à l’étranger qui est à 87 millions de dinars et l’indemnité complémentaire spéciale à ces mêmes députés qui à plus de quatre millions de dinars.

Il s’agit également de l’indemnité d’utilisation de la voiture personnelle qui s’élève à 44 millions de dinars et l’indemnité forfaitaire de l’utilisation du téléphone qui est à plus de 29 millions de dinars. Dans ce projet de loi, les dépenses en matière de transport et de déplacement sont estimées à 122 millions de dinars.

     | LIRE AUSSI : TSA a consulté le projet de budget de l’APN : ce que coûtent les députés aux Algériens

106 millions de dinars pour la restauration

En 2017, les salaires des employés de la chambre basse du Parlement représenteront 460 millions de dinars. Mais ces fonctionnaires continueront à bénéficier de plusieurs indemnités et primes qui représentent un peu plus d’un milliard de dinars. On peut citer notamment la prime dite de « souveraineté » qui est fixée à 270 millions de dinars ou la prime globale spéciale qui représente 138 millions de dinars.

Dans la chapitre consacré aux moyens de fonctionnement figure notamment le budget prévu pour l’activité internationale qui est de 220 millions de dinars, les dépenses de mission et de logement qui sont à 140 millions de dinars, le budget du restaurant et de la cafétéria qui atteindra 106 millions de dinars et celui consacré à l’habillement est à dix millions de dinars.

Dans ce même chapitre figure également les dépenses consacrées au parc automobile de l’APN. Si celle-ci ne prévoit pas d’acquérir de nouveaux véhicules, elle consacrera 16 millions de dinars pour le carburant et quarante millions de dinars pour la maintenance et la réparation.

Crise économique : l’APN maintient son train de vie

Aucun effort 

Dans le document de présentation du projet du budget de l’APN pour 2017, un tableau comparatif montre qu’aucun effort n’a été consenti pour réduire les dépenses de la chambre basse du Parlement. Le budget consacré aux députés en 2017 est le même que celui de 2016. Même constat pour le budget dédié aux fonctionnaires. Seul le budget des moyens de fonctionnement est revu à la baisse.

Il passe ainsi de 933 millions de dinars en 2016 à 915 millions de dinars en 2017, soit une baisse de 1,86%. Le budget global de l’Assemblée subit ainsi une baisse complètement insignifiante de 0,26%.

Dans l’après-midi de ce lundi, certains élus ont menacé de boycotter la plénière consacrée au projet à l’adoption du projet de Loi de finances 2017 en cas de suppression de la prime de départ. Le bureau de l’APN a finalement décidé de supprimer 50% de la prime seulement.

L’Assemblée populaire nationale gère directement son budget. Selon l’article 9 du règlement intérieur de l’APN, c’est le président de cette chambre qui « élabore le projet du budget de l’Assemblée et le soumet au bureau de l’Assemblée, c’est également lui l’ordonnateur du budget.

Source : tsa-algerie.com / Hadjer Guenanfa

Laisser un commentaire