La cueillette des olives, un moment de convivialité.



A la fin du mois de Novembre ou au plus tard au début de Décembre, les olives deviennent mûres. C’est le moment de procéder à leur cueillette. Cela donne lieu à des moments de liesse et de convivialité. Dans tous les villages de Kabylie, les familles se préparent pour accomplir l’heureuse mission.

Tôt le matin, les gens se rendent en groupes dans les champs selon les affinités et les relations familiales pour cueillir les olives. Grands et petits participent à l’opération. Les gauleurs ne sentent pas le temps et la fatigue quand le labeur se fait dans  une bonne ambiance et un grand esprit de solidarité.

Armés du matériel nécessaire : faucilles, gants, haches, scies, sécateurs, bâtons, bâches, provisions…ils arpentent les sentiers en entonnant des chants, en égrenant des souvenirs et des anecdotes sur les cueillettes du passé.

Arrivés aux champs, ils repartissent les tâches. Les plus jeunes et les plus agiles grimpent aux arbres. Les plus âgés et les plus gros ramassent les olives tombées par terre. Un groupe s’occupe à tailler l’arbre afin de le débarrasser des branches mâles et stériles qui empêchent l’épanouissement de l’olivier. Un autre groupe s’affaire à faire un feu pour brûler ces branches et toutes les mauvaises plantes qui jonchent le sol, en prenant u soin particulier aux alentours des oliviers.

Le Kabyle est jaloux de ses oliviers pour des raisons économiques et culturelles. L’huile d’olive représente la seule ressource principale du Kabyle. En outre, l’olivier est vénéré car c’est un arbre millénaire qui symbolise l’attachement aux racines et à la paix. Certains oliviers mal entretenus ressemblent à des monstres mais un bon Kabyle prend soin de ses oliviers et veille à ce qu’ils soient bien taillés et débarrassés des multiples plantes grimpantes et nuisibles afin de permettre au soleil, à la lumière et à l’air de passer avec fluidité à travers les branches principales et secondaires. Selon les spécialistes, un olivier doit prendre la forme d’un parapluie ouvert en encourageant les branches qui vot dans le sens vertical et en coupant les branches qui vont horizontalement dans les airs.

La pause-déjeuner est aussi un moment de convivialité. Tous les membres mangent dans un seul plat le mets traditionnel qui a été préparé. Que ce soit seksu, berkukes ou tameqfult, tout est délicieux dans la nature.

Sitôt le déjeuner fini, ils reprennent le travail. Certains oliviers sont gigantesques, hauts et dangereux. Il est déjà arrivé que des gens meurent en tombant de ces arbres. C’est pourquoi une extrême prudence et vigilance sont recommandées.

Quand le soleil commence à décliner à l’horizon, les gens retournent chez eux avec des sacs remplis d’olives. Certains utilisent des ânes ou des mulets pour transporter les olives. Quand la récolte est bonne, une semaine ou deux sont nécessaires pour achever le travail. Une fois la cueillette terminée, ils achemineront les olives vers une huilerie traditionnelle ou moderne pour extraire l’huile d’olive. L’huile pure d’olive de Kabylie est d’une qualité exceptionnelle.

Par Hammar Boussad.

Laisser un commentaire