Daech enrôle de plus en plus d’enfants kamikazes



Selon un rapport du centre antiterroriste de l’Académie militaire de West Point (Etats-Unis), le nombre d’enfants et d’adolescents recrutés par Daech a doublé en janvier 2016, par rapport à janvier 2015. Beaucoup d’entre eux sont utilisés en tant que kamikazes.

Des familles entières des quatre coins du monde traversent presque librement la frontière turco-syrienne pour rejoindre l’Etat islamique (EI, Daech) et d’autres groupes terroristes.

Une étude réalisée récemment par le Pentagone a provoqué une forte réaction dans la presse. Selon elle, les militants de Daech enrôlent de plus en plus souvent d’enfants kamikazes. Et de plus en plus souvent des enfants apparaissent dans les vidéos propagandistes des terroristes. Selon l’étude, le nombre d’enfants et d’adolescents dont la mort a été commémorée dans les discours élogieux des islamistes a également doublé en janvier 2016 par rapport à janvier 2015.

Par ailleurs, l’étude s’est également penchée sur la nationalité des enfants. La plupart des enfants proviennent d’Irak et de Syrie, mais outre ceux-ci, selon le rapport, certains proviendraient d’Australie, de France ainsi que de Royaume-Uni.

« Habituellement, ce sont des jeunes hommes forts, prêts à se battre, et des jeunes femmes prêtes à les aider. Ils croient que le califat arrive. Ils font leurs malles et amènent toute leur famille en Syrie pour rejoindre des organisations comme l’Etat islamique. Selon certaines estimations, environ 800 Britanniques auraient rejoint les rangs de ce groupe, mais ce chiffre est inexact. Ils auraient été deux fois plus nombreux », a indiqué l’analyste politique Ammar Vakkaf à la chaîne de télévision RT.

Peter Ford, ancien ambassadeur britannique en Syrie, a noté que les mesures prises par les autorités turques n’étaient pas suffisantes pour arrêter le flux de ceux qui souhaitent rejoindre les rangs des terroristes.

« Toutes ces familles passent par la Turquie. Quand l’affaire attire beaucoup d’attention des médias, les gardes-frontières turcs arrêtent la famille. Mais, dans la plupart des cas, ils traversent tous librement la frontière », a indiqué M.Ford.

En outre, selon M.Vakkaf, la Turquie n’est pas intéressée à fermer sa frontière parce qu’elle se bat contre le gouvernement de Damas. Ankara n’est pas plus intéressé à éradiquer le terrorisme et à détruire les terroristes en Syrie. La Turquie continuera à être l’itinéraire principal pour ceux qui veulent se joindre à Daech ou à Al-Qaïda, a-t-il conclu.

Lire l’article depuis sa : Source

Laisser un commentaire