De riches arabes prêts à payer 160.000 USD pour une vierge bosniaque



En Bosnie-Herzégovine, un des pays les plus pauvres d’Europe, les femmes font maintenant partie de l' »offre touristique ».

Peau claire, grands yeux, origine musulmane requis. Selon une enquête menée par la chaîne N1, les femmes de Bosnie-Herzégovine ont la cote chez les riches arabes. Pour une vierge, ils sont prêts à payer jusqu’à 160.000 dollars.

« Je connais une situation où un propriétaire d’une agence de Dubaï a envoyé ici un homme pour qu’il lui trouve une épouse vierge. Il donnait sa préférence aux originaires de petits villages éloignés », a confié dans un entretien à la chaîne l’employé d’une agence de voyage.

Ce dernier avoue avoir eu la chance de trouver la « bonne candidate » et d’avoir reçu la récompense de 160.000 dollars.

« Une veuve a répondu à la requête. Elle a dit qu’elle était d’accord et qu’elle pouvait même laisser ses enfants (en Bosnie-Herzégovine, ndlr). Elle était prête même à faire une hymenoplastie si c’était une des conditions », avoue-t-il.

Pour se retrouver dans le lit d’un riche arabe, la Bosniaque doit répondre à trois critères: avoir de grand yeux, une peau claire et des origines musulmanes.

Pendant que les employés des hôtels étoilés de Sarajevo s’abstenaient de commenter la vie privée de leurs hôtes, ceux des hôtels moins prestigieux ont précisé aux journalistes que souvent les touristes arabes ne cherchent pas une épouse, mais une femme pour quelques nuits. Le mot de code est « lady massage ».

« Nous avons un petit hôtel familial. De ce fait, les clients arabes ne venaient pas chercher des femmes chez nous. Mais c’est le cas dans les hôtels voisins. Au moins, j’en ai entendu parler », dit Adana Rovcanin à la chaîne.

Que ce soit pour une seule nuit ou pour une relation durable, les femmes bosniaques deviennent progressivement une partie de l' »offre touristique ». Toutefois, craignant les démissions, les gens renseignés préfèrent garder le silence. Quoique le tourisme sexuel ne soit pas un secret depuis un bon moment.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire