Déficitaire, Sonelgaz cherche des financements étrangers et va augmenter les prix de l’électricité



Le Groupe Sonelgaz est en négociations avec des créanciers étrangers pour contracter des crédits afin de financer ses investissements, a indiqué dimanche à Alger, son P-dg Noureddine Bouterfa.

Plusieurs annonces en même temps dans cette sortie du PDG de Sonelgaz. D’abord la sitution financière désastreuse de l’électricien algérien. « Le déficit est énorme, nous n’avons pas d’autres choix que d’aller vers l’endettement extérieur. Il y a des propositions pour le moment, mais nous attendons les conditions financières qui coûteront cher certainement », a avoue Noureddine Bouterfa devant la presse à l’occasion de la présentation de la synthèse des activités des sociétés du groupe pour l’exercice 2015.

Le groupe « n’a pas d’autres choix » que d’aller vers l’endettement extérieur, a expliqué le même responsable. Puis de pronostique, dans le même contexte, d’autres augmentations des tarifs d’électricité et du gaz afin d’assurer l’équilibre financier de son groupe. Ces augmentations suffiront-elles à éponger l’énorme déficit hérité d’une gestion hasardeuse ? Peu sûr. A ce propose, le PDG de Sonelgaz a affirmé qu » »il faudra trouver des solutions pérennes pour améliorer la santé financière des sociétés du Groupe », car malgré la mise en œuvre du dossier de rachat du découvert bancaire à fin 2010 par le Trésor public pour un montant de 370 milliards de dinars et des facilités octroyées pour le financement des investissements, les contraintes financières sont restées « importantes » en 2015.

La faiblesse des revenus du groupe a généré, selon le bilan présenté, un déficit de 98 milliards DA, en 2015. Les déficits les plus importants sont générés par les sociétés de distribution de l’électricité et du gaz en raison des revenus faibles comparés à l’importance de leurs charges.

Ces quatre sociétés, a soutenu M. Bouterfa, affichent un résultat net déficitaire cumulé de 73,4 milliards DA, en raison notamment des prix de d’électricité qui sont « en deçà du prix normatif « , en estimant que les récentes augmentations des tarifs vont certainement alléger cette situation sans toutefois améliorer la santé financière des sociétés du Groupe.

En outre, M. Bouterfa a indiqué qu’en 2015, les dépenses d’investissement du groupe étaient de l’ordre de 577 milliards de DA, alors qu’une capacité de production supplémentaire de près de 1.500 MW a été mise en place.

Pour les projets futurs, il sera nécessaire d’investir plus de 4.518 milliards de dinars d’ici 2026 dont près de 2.700 milliards de dinars d’ici 2020, a précisé M. Bouterfa, soulignant que Sonelgaz a déjà investi plus de 23 milliards de dollars entre 2011 et 2015 dont 12 milliards de dollars en 2014 et 2015.

Ces investissements ont permis d’augmenter la production d’électricité de plus de 51%, les réseaux de transport de l’électricité ont évolué de plus de 26%, et 55% pour les réseaux de transport gaz.

En 2015, la production nationale d’électricité s’est élevée à 64,4 TW/h, représentant une évolution de 6,9% par rapport à 2014, tandis que le volume du gaz naturel acheté auprès de Sonatrach était de 29,8 milliards m3, dont 16,5 milliards m3 pour les centrales électriques.

Pour la perte d’électricité, le taux de perte global a été estimé à 16,79% en 2015, en amélioration de 5,5% par rapport à 2014, alors que l’objectif de Sonelgaz est d’atteindre la moyenne mondiale, soit 10%.

Enormes créances

Evoquant les contraintes rencontrées par le groupe en matière de recouvrement des créances et des taux de pertes qui avoisinent les 39 milliards DA, engendrés principalement par la fraude et les raccordements illicites, M. Bouterfa a relevé la détermination du groupe à « mener une guerre sans merci » contre les fraudeurs.

« Des plaintes seront désormais systématiquement déposées devant les juridictions compétentes pour une application ferme des dispositions de la loi et une application stricte des délais de coupure pour les mauvais payeurs sera mise en œuvre », a-t-il prévenu.

Pour l’été 2016, les responsables du groupe ont affirmé que « toutes les dispositions nécessaires » ont été prises pour répondre au mieux à la demande croissante en électricité et éviter les coupures durant cette saison. Le nombre d’abonnés en électricité avoisine les 8,5 millions en 2015, tandis que celui pour le gaz a dépassé les 4,5 millions.

Lematindz.net

Laisser un commentaire