Des ONG veulent le pardon pour Edward Snowden



Etats-UnisUne campagne va réclamer que le lanceur d’alerte qui a révélé les pratiques peu citoyennes de la NSA soit absous par Barack Obama

Barack Obama pourrait-il faire un geste pour Edward Snowden avant son départ de la Maison-Blanche? C’est ce qu’espère une coalition d’ONG, dont l’American Civil Liberties Union (ACLU), Amnesty International et Human Rights Watch, qui s’apprêtent à lancer une campagne appelant le président des Etats-Unis à absoudre le lanceur d’alerte, aujourd’hui réfugié à Moscou, et à lui permettre de rentrer dans son pays.

Les détails de l’opération doivent être dévoilés aujourd’hui, mais les médias anglo-saxons ont déjà éventé l’opération. Les ONG ont créé un site Internet, pardonsnowden.org, visant à recueillir un maximum de soutien. Et hier déjà, dans une vidéo diffusée par The Guardian, Edward Snowden a réclamé en personne le pardon du président américain.

L’ex-informaticien de la CIA et de la NSA (National Security Agency) avait livré au Washington Post et au Guardian, en 2013, les détails du vaste programme de surveillance des citoyens par les agences de sécurité américaines. Perçu comme un héros par tous ceux qui défendent les libertés civiles, Edward Snowden est au contraire considéré comme un traître par les autorités des Etats-Unis. Il est accusé d’espionnage, ainsi que de vol et d’utilisation de biens gouvernementaux.

La campagne est lancée au moment où sort Snowden, le film du très engagé Oliver Stone, présenté en avant-première mondiale le 9 septembre à Toronto. Un long-métrage qui prend évidemment le parti du lanceur d’alerte. Cette fiction pourrait populariser encore un peu plus Snowden, comme l’avait déjà fait le documentaire de Laura Poitras Citizenfour, suivant le vrai Snowden cette fois dans ses révélations. Ce film a été primé à de nombreuses reprises et même oscarisé à Los Angeles.

Tout cela suffira-t-il à obtenir le pardon du président américain? Rien n’est moins sûr, observaient les commentateurs américains hier. Lundi, un porte-parole de la Maison-Blanche a encore rappelé que l’informaticien devra être jugé pour ses fuites, lesquelles «ont fait du tort aux Etats-Unis». Oliver Stone, qui réclame lui aussi le pardon pour Snowden, avait souligné à Toronto que «les citoyens vivent dans le plus grand système de surveillance qu’on ait jamais connu» et que «c’est Barack Obama qui l’a construit». (24 heures)

Source : www.24heures.ch / Par Cathy Macherel

Laisser un commentaire