Des scientifiques japonais ont synthétisé des poils de cellules souches



Selon Takashi Tsuji, le responsable du projet, le but principal est de trouver un moyen de cultiver des cellules souches de la peau humaine qui peuvent être transplantées en cas de graves brûlures.

Les spécialistes japonaises de l’Institut des recherches chimiques et physiques ont pour la première fois réussi à synthétiser l’épiderme et les bulbes pileux à l’aide de cellules souches induites (cellules iPS), rapporte la chaîne de télévision japonaise NHK. 

Au cours de l’expérience, les scientifiques ont transplanté environ 30 types de cellules souches, mélangés avec une protéine spéciale, à une souris qui n’avait pas de poils. Un mois plus tard, les cellules ont pris racine et l’épiderme de la souris a commencé à produire du sébum et des poils sont apparus. Ainsi, les chercheurs sont parvenus à reconstituer l’épiderme de la souris. 

« Nos recherches démontrent qu’on peut cultiver des organes ou des tissus biologiques à l’aide de cellules souches. C’est une avancée très importante dans le développement de la science médicale. Le but principal de notre projet est de trouver un moyen de synthétiser l’épiderme des cellules souches qui peut être transplanté en cas de graves brûlures », a déclaré Takashi Tsuji, responsable du projet.

Le fait que le scientifique japonais Shinya Yamanaka s’est vu décerner le prix Nobel de médecine en 2012 a attiré l’attention de la société et des autorités japonaises. La médecine régénératrice a été reconnue comme une des branches prioritaires du développement scientifique du pays.

Après une réaction chimique spéciale, les cellules iPS sont capables de se transformer en cellules de tout type, ce qui permet théoriquement de synthétiser des tissus pour tous les organes. Cependant, selon plusieurs spécialistes, la transplantation de tissus dans l’organisme peut provoquer un cancer.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire