Des trottoirs sur la route d’Akkar



La route menant de la ville d’Aïn El Hammam vers le lieu-dit «Ahechad», fait actuellement l’objet de travaux d’aménagement de trottoirs sur certains tronçons, non concernés par la dernière opération.

Menant vers la cité d’habitation des «160 logements», et le lycée Mustapha Ben Boulaid, cette voie servant de traverse vers l’hôpital a grandement besoin de trottoirs convenables, pour la sécurité des centaines de personnes, particulièrement des lycéens qui l’empruntent. Ce n’est, pourtant, pas la première fois que des travaux d’aménagement de trottoirs ont été projetés sur cette voie. Il y a une dizaine d’années, plusieurs entreprises s’y sont succédées, se partageant des tronçons de cette route sur une longueur de près de deux kilomètres. Malheureusement, les travaux ont été abandonnés sans que personne, à l’époque, ne rappelle à l’ordre les contrevenants. Les trottoirs devant être livrés finis et carrelés n’ont jamais été au delà de la pose de pavés. À certains endroits où les ouvriers ont procédé au bétonnage de trottoirs, avant leur carrelage, des bouts de fer de treillis soudés dépassent dangereusement au point de faire chuter les passants. Les citoyens aimeraient voir se terminer le travail abandonné, depuis plusieurs années, sur le côté opposé et les débarrasser du danger qui les guette en empruntant ce tronçon. Pour l’heure, on se demande si l’entreprise qui avait bénéficié du marché, non mené à terme, serait rappelée pour terminer le travail, ou tout au moins, sécuriser les endroits dangereux. D’ailleurs, la route s’est considérablement rétrécie aux endroits où les «bâtisseurs» ont axé leurs efforts sur l’élargissement de l’espace réservé aux piétons au détriment de l’asphalte. La plupart des citoyens qui fréquentent cette route empruntent l’unique trottoir, bien que non terminé, dont ils disent se suffire alors que celui du côté opposé ne semble être d’aucune utilité. Au contraire, il contribue à réduire la chaussée si étroite en cet endroit. Tout le monde aura remarqué que sur la route d’Alger ou au niveau du monument, les piétons ne fréquentent que l’espace pour piétons situé sur le bas de la chaussée et semblent bouder celui d’en face. Notons aussi que des travaux similaires ont été entamés du côté de l’hôpital, avant d’être remis à une date ultérieure. Il faut dire qu’en dehors des agglomérations, les trottoirs contribuent seulement à réduire l’asphalte comme c’est le cas sur la route de la daïra et la route d’Alger où les constructeurs ont poussé le ridicule jusqu’à poser un pavé en guise de passage pour les personnes.

A.O.T.

Lire l’article depuis sa : Source

Laisser un commentaire