Des villages sans eau potable



Apparemment, le problème d’alimentation en eau potable du versant Ouest du chef-lieu, c’est-à-dire, de Tachtiouine, en passant par Afir, Ath Atella jusqu’à Ath Rahmoune et les autres villages environnants, est loin d’être réglé en dépit de toutes les mesures prises par les autorités locales, les services de l’ADE et ceux de l’hydraulique.

Cette chaîne dite de  » Oued Bougdoura » est loin d’étancher la soif de pas moins de quinze mille habitants éparpillés sur ce versant. Depuis, une dizaine de jours, ils sont privés d’eau parce que les propriétaires terriens d’Assif N’Tletta, relevant de la commune de Tadmait, auraient même interdit aux services de l’ADE de réparer les fuites apparues sur l’ancienne conduite. «Vraiment, nous n’arrivons pas à comprendre l’attitude de ces personnes. Elles ne veulent pas autoriser le branchement par l’entreprise réalisatrice de la conduite d’adduction d’eau potable sur une distance d’à peu près deux cents mètres sous prétexte que l’hydraulique leur aurait promis de leurs ouvrir une piste vers leurs poulaillers. Ainsi, ce projet qui a déjà traîné plus de deux ans, n’arrive pas à être mené à bon terme en dépit de nos différentes sorties sur le terrain avec les équipes techniques de tous les services concernés. Cette opposition sans nom entrave, ainsi, la réception de cette conduite pour laquelle des millions de centimes ont été dépensés», nous confiera le maire, M. Said Bougheda. Ce dernier appellera les opposants à la sagesse parce qu’ils doivent savoir que ce projet d’intérêt public a été décidé par la wilaya. Aussi, jugera-t-il, devant leur entêtement, faire intervenir la force publique ne serait pas écarté. Rappelons que la wali, M. Brahim Merad, avait dans toutes ses sorties dans les daïras clamé qu’il était temps de mettre un terme à la pression et à ces oppositions qui entravent le développement de la wilaya et qui privent les citoyens de goûter un cadre de vie beaucoup plus meilleur. De son côté, le P/APC de cette municipalité ne mâchera pas ses mots en interpellant toutes les parties concernées par ce projet à s’unir pour procéder à ce branchement vaille que vaille, même au forceps. «Nous ne devrons pas rester les bras croisés. Il faudrait quand même que nos concitoyens aient de l’eau comme les autres. Ce n’est pas la première fois que ce versant est resté sans eau durant plusieurs jours», nous rappellera-t-il. Dans les villages, c’est l’ébullition. Les comités de villages s’apprêtent à passer aux actions. Seulement, pour cette fois, ils n’envisagent pas seulement de fermer le siège APC comme d’habitude, mais, radicaliser leur mouvement est une option à ne pas écarter. À qui profitent alors ces oppositions?

Amar Ouramdane

Laisser un commentaire