Développement humain : l’Algérie mieux classée que le Maroc et la Tunisie



Dans son rapport 2015 sur le développement humain dans le monde, l’Agence des nations unies pour le développement (PNUD) a classé l’Algérie à la 83e place mondiale sur 188 pays.

L’Algérie fait donc partie des pays au développement humain élevé. Cinq à six nations sont classées dans cette catégorie. Seuls quatre autres pays africains, à savoir Maurice (63e), les Seychelles (64e), la Libye (94e) et la Tunisie (96e), ont pu se classer dans cette catégorie. L’Égypte est classée à la 108e place dans la catégorie développement humain moyen. Les pays africains, en majorité, se trouvent dans la catégorie développement humain faible.

Dans le haut du tableau, la Norvège (1ère) domine la catégorie développement humain très élevé. Elle est suivie dans l’ordre par l’Australie, la Suisse, le Danemark, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Irlande, les États-Unis, le Canada, la Nouvelle Zélande et Singapour. La France est classée à la 22e place. Aucun pays africain ne figure dans cette catégorie où l’on trouve six pays arabes du Golfe : le Qatar (32e), l’Arabie Saoudite (39e), les Émirats Arabes Unis (41e), le Bahreïn (45e) et le Koweït (48e).

« L’indice de développement humain (IDH) est un indice composite axé sur trois dimensions fondamentales du développement humain », explique le rapport. Le premier est « la capacité à vivre longtemps et en bonne santé, mesurée par l’espérance de vie à la naissance ». Le deuxième est « la capacité à acquérir des connaissances, mesurée par la durée moyenne de scolarisation et la durée attendue de scolarisation » et le troisième est « la capacité à atteindre un niveau de vie décent, mesurée par le revenu national brut par habitant ».

Selon le rapport, « dans le monde entier, 795 millions de personnes souffrent de faim chronique, 11 enfants de moins de 5 ans meurent chaque minute et 33 mères meurent chaque heure. Environ 37 millions de personnes vivent avec le VIH et 11 millions avec la tuberculose. Plus de 660 millions de personnes boivent de l’eau non potable, 2,4 milliards utilisent une installation sanitaire rudimentaire et près d’un milliard pratique la défécation à l’air libre ».

Source : tsa-algerie.com / Tewfik Abdelbari

Laisser un commentaire