Discours d’Ahmed Ouyahia devant les congressistes du RND



Discours de Monsieur Ahmed Ouyahia, Secrétaire Général du Parti par intérim, à l’ouverture du Congrès extraordinaire du RND, le Jeudi, 5 mai 2016.

Bismillah Errahmane Errahim,

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs les représentants de la presse,

Chers frères, chères sœurs congressistes,

Au nom des congressistes et en mon nom personnel, je souhaite une chaleureuse bienvenue à nos distingués invités, hauts responsables dans les institutions de l’Etat, personnalités, et dirigeants ou représentants de partis et d’organisations nationales dont la présence nous honore.

Soyez tous assurés de notre soutien dans vos nobles chargés Messieurs les responsables ici présents. Soyez également assurés chers frères et sœurs des partis et des organisations, de la volonté du Rassemblement de renforcer toujours davantage ses relations avec vous au service de la démocratie et du développement de notre pays.

En votre nom, Chers et sœurs congressistes, j’adresse un salut fraternel à leurs Excellences les Ambassadeurs de l’Etat de Palestine et de la République Arabe Sahraouie Démocratique, que nous avons invités en signe de modeste témoignage de notre solidarité avec la cause palestinienne et avec la cause sahraouie.

La cause de la Palestine restera celle du peuple algérien jusqu’à l’édification de l’Etat palestinien indépendant et souverain avec pour capitale El Qods Echarif. La cause du peuple sahraouie frère demeurera soutenue par notre pays jusqu’à ce que le droit à l’autodétermination s’exerce librement au Sahara Occidental sous le contrôle des Nations Unies.

Je salue aussi la présence parmi nous de la presse en général et de la presse algérienne en particulier.

Le Rassemblement s’incline à la mémoire des martyrs de la presse nationale pour la survie de l’Algérie. Il se félicite également des avancées remarquables enregistrées par la liberté de la presse dans notre pays et qui viennent d’être confortées par la constitution révisée. Nous souhaitons aussi santé et succès à nos journalistes et à nos médias à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la presse.

Chers frères et sœurs congressistes,

Mesdames, Messieurs,

Le Rassemblement National Démocratique est enfin arrivé à la tenue de son Congrès extraordinaire, un évènement qui a suscité beaucoup de commentaires, un évènement qui, pour nous, est une occasion de nous remémorer notre propre passé, de marquer une halte sur notre présent, et de jeter un regard sur l’avenir du parti.

Parler du passé du Rassemblement, c’est nous incliner une nouvelle fois à la mémoire du défunt Abdelhak Benhamouda, pour le combat patriotique qu’il a engagé dès son arrivée à la direction de l’UGTA, le frère Abdelhak, tombé Chahid, alors qu’il travaillait au lancement de notre Parti. Parler du passé du Rassemblement c’est nous recueillir également à la mémoire de tous les compagnons qui nous ont quittés au fil de ces dernières années, et dont la liste devient malheureusement de plus en plus longue.

Parler du passé récent du Rassemblement, c’est aussi rendre hommage à notre frère Abdelkader Bensalah, qui a finalisé la création du Rassemblement pour le présider ensuite pendant plus d’une année, avant de venir en janvier 2013, sauvegarder notre famille politique, secouée alors par les démons de l’égoïsme et de l’instabilité. Dans le même temps, ce regard sur notre passé est une source d’inspiration afin que chacun de nous demeure fidèle au message originel qui nous appelle à dépasser nos ambitions personnelles, pour nous investir dans la construction du Rassemblement au service de l’Algérie.

N’oublions jamais que ce parti a été mis sur pied par des militants alors engagés dans la Défense de la Patrie, parmi eux des patriotes les armes à la main, des dirigeants de délégations exécutives locales avant le retour aux élections, des travailleurs et des cadres qui assuraient la continuité du service public face au terrorisme barbare.

Dans la paix restaurée, et notamment depuis 1999, le RND sert la Patrie à travers ses choix politiques, et d’abord un soutien permanent au Président de la République, le Moudjahid et frère Abdelaziz Bouteflika que Dieu lui donne longue vie.

Notre parti sert l’Algérie également à travers sa participation aux institutions nationales et locales. Il sert l’Algérie par la mobilisation de ses militants et militantes sur le terrain auprès des citoyens dans les villes et dans les villages.

Le Rassemblement sert également l’Algérie par son soutien indéfectible à la lutte courageuse contre le terrorisme, menée par l’Armée Nationale Populaire, dont il salue les brillants succès tout en se recueillant à la mémoire de nos martyrs du devoir national parmi ses officiers, sous-officiers et djounoud.

Chers frères et sœurs congressistes,

Mesdames, et Messieurs,

Parler de la situation actuelle de notre Rassemblement, c’est d’abord exprimer notre grande satisfaction de nous retrouver dans cette enceinte pour un congrès extraordinaire qui symbolise la vitalité et l’esprit démocratique de notre famille politique.

En effet, cet évènement est le fruit d’une préparation ayant associée à chaque palier le plus grand nombre possible de cadres et de militants. C’est ainsi que la Commission nationale préparatoire a compté plus de deux tiers des membres du Conseil National qui l’a mise sur pied en janvier dernier.

L’élaboration des projets de résolutions politique, économique, sociale et organique soumis à cette rencontre, a été entamée avec une très large consultation de la base militante, grâce à un questionnaire qui a recueilli des réponses formulées par plus de 93.000 militants. Les délégués de la base à ce congrès extraordinaire ont été sélectionnés par les militants dans les wilayas et les circonscriptions de la communauté à l’étranger, par consensus ou par vote à bulletins secrets.

Les travaux de ce Congrès extraordinaire ont été préparés aussi par des rencontres des congressistes dans leurs wilayas respectives, puis par neuf congrès régionaux dont celui des délégués de la communauté à l’étranger. C’est donc tout ce parcours qui est couronné par ce congrès extraordinaire de notre Rassemblement qui réunit plus de 1600 participants dont près de 30% de femmes et 25% de jeunes.

Chers frères et sœurs congressistes,

Mesdames, Messieurs,

Ce congrès extraordinaire aura à examiner un ordre du jour chargé comme l’ont décidé unanimement toutes les délibérations préparatoires que j’ai évoquées. Certes, ces assises éliront à bulletins secrets le Secrétaire Général du Parti. Mais les travaux de cette instance suprême et souveraine ne sauraient se limiter à cela.

De fait, comment imaginer que ces assises se limitent à une opération électorale et passent sous silence le saut qualitatif majeur que l’Algérie vient de réaliser dans la consolidation de l’unité de son peuple, dans l’affirmation de la démocratie et des libertés, et dans la modernisation de la gouvernance, grâce à l’importante révision constitutionnelle qui a été initiée et portée par M. le Président de la République ?

Comment limiter notre Congrès, même extraordinaire, à une simple opération organique, alors que l’Algérie subit l’impact sévère de la crise du marché mondial du pétrole, avec les contraintes que cela fait peser sur le développement économique et social du pays ?

Comment concevoir que l’instance souveraine du Parti puisse délibérer en occultant la situation grave prévalant dans notre voisinage et dont l’une des conséquences se manifeste à travers des tentatives criminelles d’introduire des quantités énormes d’armements qui ont été interceptées grâce à la vigilance de notre Armée Nationale Populaire ?

Comment limiter cet évènement majeur dans la vie de notre parti à une simple opération électorale, alors que des tentatives de porter atteinte à l’unité nationale se manifestent de plus en plus, à travers un groupuscule local dont les connexions extérieures viennent d’être confirmées par le sinistre Bernard Henri Lévy qui a été à l’origine de la destruction d’un pays frère et voisin ?

30 mois après la tenue du 4e Congrès de notre Rassemblement, ce Congrès extraordinaire a des décisions et des positions à prendre sur l’actualité politique, économique, et sociale, dans notre pays et dans son environnement. Il a aussi des décisions et des positions à exprimer sur le projet politique dont est porteur notre parti.

Permettez-moi, dans le respect de la souveraineté de décision de votre auguste assemblée, de partager avec vous quelques réflexions quant à la place et au rôle de notre Rassemblement après ce Congrès extraordinaire, réflexions que m’inspire d’ailleurs les projets de résolutions préparés par les congrès régionaux.

En premier lieu, au plan organique, c’est mon espoir que notre famille politique retrouvera sa pleine stabilité pour libérer toutes ses énergies au service de ses engagements et de ses objectifs politiques.

Cette stabilité se consolidera, je l’espère aussi, grâce aux bienfaits du débat contradictoire, grâce au primat de la majorité démocratiquement exprimée, et grâce au bannissement définitif de toute dictature de la minorité.

Cette stabilité devra servir notamment, je l’espère également, au développement d’une formation donnant à la femme et au jeune toute leur place dans les enceintes décisionnelles du Parti, un parti œuvrant aussi à attirer les sympathisants et à animer des réflexions internes, mobilisant ses riches et nombreuses compétences, autour de sujets d’intérêt pour le pays.

En second lieu, concernant son positionnement politique, le Rassemblement demeurera sans aucun doute, fidèle à son soutien au Président Abdelaziz Bouteflika, et sera aussi un appui loyal au Gouvernement.

Dans le même temps, c’est mon espoir que notre formation politique pourra développer un effort commun avec les autres partis de la majorité présidentielle. J’espère aussi que notre Rassemblement sera ouvert au dialogue avec les partis de l’opposition autour de tout projet ou initiative respectueuse de la Constitution et des Institutions du pays.

C’est mon espoir également que notre Rassemblement pourra contribuer à un débat politique fait d’une confrontation de projets et de propositions. Un tel débat et son offre politique seront de nature à encourager les électeurs à être plus nombreux aux urnes, pour ancrer ainsi davantage la démocratie pluraliste.

En troisième lieu, concernant les prises de positions politiques, économiques et sociales du Rassemblement, c’est mon espoir que notre famille politique demeurera éloignée du populisme et du dogmatisme paralysant.

Notre Rassemblement est Novembriste, et c’est un partisan du patriotisme dans tous les domaines. Notre parti est convaincu des capacités de notre grand pays et de notre noble peuple. Il adhère également à une justice sociale juste, loin de l’esprit de la rente, car il n’a gère oublié les leçons de la crise économique par laquelle est passée l’Algérie il y a deux décennies seulement.

Tout cela désigne le Rassemblement à être politiquement à l’avant-garde de la dynamique des réformes, cette exigence vitale pour le pays, qu’est venue nous rappeler la crise du marché mondial du pétrole, une crise qui interpelle notre pays pour se libérer de la dépendance excessive aux hydrocarbures, et pour construire cette économie diversifiée tant attendue.

Dans cette direction, les travailleurs que nous félicitions pour la célébration récente de la fête universelle du travail, nous trouverons toujours à leurs côtés et aux cotés de leur Union Générale historique, pour la construction d’une économie compétitive créatrice de la richesse dont bénéficiera la Nation avec à son premier rang les travailleurs eux-mêmes.

Face à ces mêmes défis, les Chefs d’Entreprises dont nous saluons la présence du Président de leur forum et de certains parmi eux, nous trouveront toujours à leur côté pour faire progresser les mentalités sur l’économie de marché, pour la levée des entraves bureaucratiques devant l’investissement, pour la lutte contre toutes les formes de fraudes économiques, et pour la défense des intérêts de l’économie nationale.

Sur cette même voie, les citoyens défavorisés et les jeunes en quête d’une insertion professionnelle trouveront sans doute dans notre Rassemblement un avocat de leurs droits légitimes.

Notre Rassemblement porte fièrement une devise : « Effort, Espoir et Solidarité », et j’ai l’espoir et même la conviction qu’à l’issue de ces assises et grâce à vos délibérations, chacun des participants repartira avec une disponibilité plus grande à s’investir au service de cette devise.

J’espère aussi, que les conclusions qu’adoptera souverainement ce Congrès extraordinaire constitueront une réaffirmation de notre engagement patriotique au service d’une Algérie Novembriste, démocratique et républicaine, une Algérie profondément ancrée dans ses valeurs identitaires et tournée vers le progrès, une Algérie qui valorisera pleinement ses nombreux atouts pour être demain un véritable pays émergent assurant l’avenir de ses générations montantes, une Algérie qui avance sereinement sous la direction éclairée de notre Président de la République, le frère Moudjahid Abdelaziz Bouteflika.

Vive le Rassemblement National Démocratique,

Vive l’Algérie.

Lire l’article depuis sa source : lematindz.net

Laisser un commentaire