DIVISER POUR MANGER. Par Hammar Boussad



Trois bœufs paissaient paisiblement comme des frères ou des amis dans une prairie verdoyante à proximité de la forêt. L’un est rouge, l’autre est noir, le troisième est blanc. Le lion, le roi des animaux, rôdait aux alentours, très affamé. Assis à l’ombre d’un grand chêne, il réfléchissait au meilleur moyen de manger de la viande de bœuf, et cela sans peines et sans blessures, en évitant les cornes effilées de ces bêtes. Cela fait presque une semaine qu’il n’a pas mangé. La faim tenaillait de plus en plus son estomac. Il a beau réfléchir, il n’arrive pas à trouver une solution. Il sait qu’il n’a aucune chance devant trois bœufs regroupés et solidaires. Il décide de solliciter l’aide du chacal réputé pour sa ruse légendaire. Le chacal accepte d’aider le lion mais en posant une seule condition :

-« Je te dirai comment s’y prendre efficacement mais à condition que tu me permettes de manger avec toi. »

N’ayant pas le choix, le lion promet une grosse part de viande pour chaque coup réussi.

Le chacal explique au lion avec calculs et détails sa judicieuse stratégie de chasse. Très content de la malice du chacal, le lion s’empresse d’appliquer son plan à la lettre.

Le lion s’avance vers deux bœufs et leur dit :

-« Vous formez une belle paire de bœufs par contre le blanc est moche avec sa couleur blanche, susceptible de vous attirer des ennuis avec les animaux sauvages qui ne s’embarrasseront pas de pitié pour vous dévorer. »

Les deux bœufs s’écartent du bœuf blanc qui se retrouve seul. Le lion ne trouve aucune peine pour le manger en compagnie du chacal.

Quelques jours passent. Le lion a de nouveau faim. Il s’approche du bœuf noir et lui dit à voix basse pour que son compagnon n’entende pas :

-« Le lion rouge brille comme un coucher de soleil. Il attire la convoitise de tous les féroces prédateurs qui guettent le moment propice pour sauter sur l’occasion. Tu dois faire attention pour te protéger. »

Le bœuf noir s’éloigne du bœuf rouge. Tous les deux se retrouvent isolés, devenant ainsi des proies faciles pour le roi des animaux. Ce dernier mange d’abord le bœuf rouge avant de se tourner vers le bœuf noir. Ce dernier a compris tardivement la tactique diplomatique du lion et son conseiller le chacal. Il attendait inexorablement son triste destin. Il avait juste le temps de méditer la leçon en disant avec un long soupir plein de regrets :

-« Le jour où j’ai accepté de me séparer de mon frère blanc, j’ai préparé et signé ma propre mort. Et pourtant, je connaissais le proverbe qui disait : l’union fait la force. »

Une histoire de Mokrane Chemime, adaptée par Hammar Boussad.

Laisser un commentaire