Doublé sur sa droite, le parti de Merkel perd ses adhérents



L’Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel est de plus en plus désertée au profit du parti de la droite populiste Alternative pour l’Allemagne (AfD) qui s’est installé dans le paysage politique du pays sur fond de crise migratoire.

Selon les derniers sondages, le parti populiste de droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) a attiré bien des militants de toutes les principales forces politiques du pays, et l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière fédérale Angela Merkel compte sans doute le plus de « transfuges ».  

A ce jour, 2.300 adhérents de la CDU ont changé de camp pour rallier l’AfD, parti populiste et conservateur. L’Union chrétienne-sociale en Bavière, parti frère de la CDU, a été désertée par 354 membres séduits par l’AfD. 

En même temps, le Parti social-démocrate (SPD), membre de la coalition gouvernementale CDU-SPD à bout de souffle, fait état de 1.212 transfuges.  

Les partis d’opposition ont également été décimés sur fond de montée de la droite allemande représentée par l’AfD. Ainsi, ce parti compte aujourd’hui dans ses rangs 1.122 anciens membres de Die Linke (gauche antilibérale), 345 ex-Verts et 950 anciens du Parti libéral-démocrate. 

Les effectifs de l’AfD se montent d’ores et déjà à 23.400 adhérents.  

Créée au départ par des opposants à l’euro, l’AfD s’est affirmée dans la politique allemande à la faveur de la crise des réfugiés. L’arrivée l’an dernier de 1,1 million de candidats à l’asile a bouleversé les Allemands et inquiété une certaine partie de la population. 

L’AfD a effectué une percée spectaculaire lors de trois récents scrutins régionaux et est actuellement créditée de quelque 15 % des intentions de vote, selon divers sondages. 

Ainsi, les sondages de début mai ont résonné comme un coup de tonnerre. Le SPD rassemble 19,5% tandis que la CDU est à 30,5%, soit leurs plus bas scores historiques. Les écologistes sont rétrogradés en quatrième position, se faisant dépasser par l’AfD qui atteint 15%. 

La coalition gouvernementale CDU-SPD est manifestement à bout de souffle, et la CDU de centre droit semble pâtir de la politique d’asile proclamée par la chancelière allemande Angela Merkel qui a ouvert les bras aux réfugiés.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire