Elle fait fuir un braqueur armé à coup de sac



FranceLe sang-froid de la commerçante fait le tour du web depuis trois jours.

La scène, filmée par une caméra de vidéosurveillance et qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux depuis quelques jours, est surréaliste! La patronne d’un bar-tabac d’un petit village du Calvados (F) a son bébé dans les bras, vendredi soir dernier, lorsqu’elle voit débarquer dans son commerce un homme cagoulé. A peine entré dans le bar-tabac, l’agresseur sort une arme et tend un sac pour se faire remettre la caisse.

Mais la patronne ne l’entend pas de cette oreille. Elle écarte le bras armé, pose son bébé… et se met à frapper le braqueur, qui ne s’y attendait visiblement pas. «Je n’ai pas eu peur, je ne me suis pas rendue compte, j’ai agi par instinct», témoigne la patronne dans Le Parisien.

«J’étais en train de faire faire le petit rot au bébé et c’est alors que j’entends: La caisse! C’est un braquage ! J’ai cru que c’était une plaisanterie. Je pensais qu’un client me faisait une blague. Mais j’ai trouvé ça de mauvais goût… Avec un bébé dans les bras… Une fois le bébé reposé, il me tend le sac et me dit : Remplis le sac! Je lui ai répondu que je n’étais pas une banque. Mais c’est alors que j’ai compris que ce n’était pas une plaisanterie», poursuit la patronne, citée par leparisien.fr.

A la gendarmerie pour violences

Le braqueur malheureux de 21 ans, qui s’est rendu de lui-même peu après les faits, a été jugé lundi. «J’ai acheté une arme la veille (Ndlr: du braquage), au cas où. Je me suis dit que si cela finissait mal pour moi, je ferais un truc. Un braquage ou quelque chose dans le genre, mais je n’étais pas sûr», a tenté d’expliquer l’accusé, toujours cité par Le Parisien. Le jour du casse, il s’était présenté à la gendarmerie pour rendre compte de violences dont il était accusé. «J’allais me faire renvoyer pour ce que j’avais fait. Je n’avais pas d’autres solutions.»

Au terme de l’audience, le jeune homme, dont l’arme aurait été chargée à blanc, a écopé de six mois fermes. (24 heures)

Source : www.24heures.ch / 24 heures

Laisser un commentaire