EN : Gourcuff aussitôt arrivé, aussitôt reparti



Visiblement, l’entraîneur national, Christian Gourcuff, ne se sent plus très à l’aise en Algérie. Cela se vérifie de jour en jour. En effet, après avoir passé plus de deux mois en France après le match face à la Tanzanie, le 17 novembre dernier, voilà le technicien breton se précipiter pour vite rentrer chez lui dès la fin d’un stage de trois jours qu’il a dirigé au profit des joueurs exerçant dans le championnat algérien.

Une attitude à laquelle Gourcuff ne nous a pourtant pas habitués au cours de sa première année à la tête des Verts. L’homme passait le plus clair de son temps à sillonner les stades algériens dans l’espoir de dénicher des perles rares à même de renforcer les rangs de la sélection première. Mieux, il devait être davantage pris par ses nouvelles missions au niveau de la direction technique nationale où le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, l’a chargé notamment de tracer une politique technique commune pour les sélections jeunes. Ces dernières, notamment les équipes des U17 et des U20, qui préparent les éliminatoires de la Coupe d’Afrique de leurs catégories, ne bénéficient d’aucun suivi de la part du technicien français. La preuve, il n’a assisté à aucun de leurs matchs au cours de précédente période.

Et si Gourcuff préfère plutôt passer la majorité de son temps en France, alors qu’il est gracieusement payé, c’est parce qu’il sent une certaine rupture avec les supporters algériens, qui ne l’avaient pas ménagé lors de deux matchs amicaux d’octobre dernier contre la Guinée et le Sénégal, après avoir été déçus par la régression du niveau de leur équipe.

Désormais, l’on devra s’attendre à ce que Gourcuff limite ses déplacements en Algérie aux seuls stages et matchs des Verts. Actuellement en France, l’ex-coach de Lorient devrait regagner Alger dans un mois pour préparer la double confrontation contre l’Éthiopie dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations de 2017. Cela n’est pourtant pas fait pour déranger le patron de la FAF.

Source : Merouane S.

Laisser un commentaire