Ethiopie: 208 morts après le raid d’une tribu sud-soudanaise



Il y a déjà eu des enlèvements d’enfants et des vols de bétail à Gambella par des raids traversant la frontière éthiopienne, mais l’attaque de vendredi était massive, selon le premier ministre éthiopien.

Le raid mené vendredi par une tribu sud-soudanaise dans le sud-ouest de l’Éthiopie a fait au moins 208 morts, tandis que 102 enfants ont été kidnappés, a annoncé le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, dans une allocution sur la télévision d’Etat EBC diffusée dimanche soir.

« Les atrocités commises par des hommes armés de la tribu Murle venus du Soudan du Sud ont coûté la vie à 208 femmes et enfants. Ils ont aussi kidnappé 102 enfants », a indiqué le chef du gouvernement éthiopien.

Le raid, qualifié de « massacre de Gambella », a suscité une vague d’indignation dans les médias éthiopiens et renforce les craintes d’un débordement sur le territoire éthiopien de la guerre civile déclenchée en décembre 2013 au Soudan du Sud.

« Il y a déjà eu des enlèvements d’enfants et des vols de bétail à Gambella par des raids traversant la frontière éthiopienne, mais l’attaque de vendredi était massive », a précisé le premier ministre éthiopien.

La région de Gambella, située à 50 km de la frontière sud-soudanaise, abrite des citoyens éthiopiens d’ethnie nuer — une des deux principales ethnies au Soudan du Sud avec les Dinka —, mais aussi 272.000 réfugiés sud-soudanais qui ont fui la guerre civile déclenchée en décembre 2013 dans leur pays.

Les violences intertribales sont fréquentes dans les régions alentours, où Murle — essentiellement basés dans l’Etat oriental du Jonglei au Soudan du Sud — et Nuer se livrent à des raids en vue de voler du bétail.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire