Etre maire et mère? La polémique enfle à Rome



ItalieLes politiciens s’émeuvent devant la candidature d’une femme à la mairie de Rome. Giorgia Meloni est enceinte.

Une femme enceinte peut-elle être candidate à la mairie de Rome? Une mère peut-elle être maire? Dans la Ville éternelle, la polémique faisait rage mardi, avec des manœuvres politiques entre droite et extrême droite. Pour l’élection municipale attendue en mai ou juin, l’ancien chef du gouvernement Silvio Berlusconi et Matteo Salvini, l’allié italien du Front national français, semblaient s’être mis d’accord pour un candidat unique.

Mais dimanche, alors que les militants entérinaient le choix de Guido Bertolaso, ancien secrétaire d’Etat et membre de Forza Italia, Giorgia Meloni, une alliée de Matteo Salvini, a annoncé sa volonté d’être également candidate.

Faire campagne enceinte

Interrogé lundi à la télévision sur un éventuel «ticket» à l’Américaine, Guido Bertolaso a estimé sans détour qu’on ne pouvait demander à Giorgia Meloni, qui attend un enfant pour l’été, de faire campagne enceinte puis de gérer les ordures, les bouchons et les rats de Rome «au moment où elle devra allaiter».

«Une maman ne peut pas se dédier à un travail de brute et Rome aujourd’hui est un travail de brute, qui nécessite de passer 14 heures par jour au bureau. Je ne crois pas que ce soit le bon choix», a appuyé Silvio Berlusconi mardi à la radio.

«Bertolaso a 50 ans de retard», a répliqué Matteo Salvini.

«Bien sûr qu’une maman peut être maire!»

L’intéressée est également intervenue: «Je ne veux pas polémiquer, je dis seulement avec politesse et orgueil à Bertolaso que j’espère être une très bonne mère, comme le sont toutes ces femmes qui avec mille difficultés et souvent dans des conditions plus difficiles réussissent à concilier engagements professionnels et maternité».

En face, le chef du gouvernement Matteo Renzi ne s’est pas privé de semer la zizanie: «Bien sûr qu’une maman peut être maire!», a-t-il déclaré mardi tout en appuyant le candidat de son bord, le Parti démocrate (PD), Roberto Giachetti.

«Si tous ces hommes changeaient plus de couches au lieu de donner des conseils aux femmes, on vivrait dans un plus beau pays», a pour sa part estimé Roberto Giachetti sur Twitter.

Une «misogynie de fond»

Plusieurs femmes du gouvernement sont également intervenues, même si Giorgia Meloni est détestée à gauche en tant que représentante de la jeune génération fasciste.

«Quand demanderont-ils à un candidat homme de se retirer parce qu’il doit être père?», a ainsi raillé sur Twitter Maria Elena Boschi, ministre des Réformes institutionnelles.

«Ce pays n’est pas pour les femmes», s’est désolée Beatrice Lorenzin, ministre de la Santé qui a accouché de jumeaux l’année dernière, en dénonçant «une misogynie de fond» et en lançant: «Qui vous critique parce que vous êtes femme ne vous mérite pas». (afp/nxp)

Lire l’article depuis sa source : www.24heures.ch

Laisser un commentaire