Fait en Turquie: vos habits sont-ils fabriqués par des enfants réfugiés?



D’après les médias britanniques, des enfants réfugiés syriens sont obligés de travailler 12 heures par jour dans des conditions déplorables, moyennant à peine 35 dollars par semaine.

« La Turquie fait preuve d’une attitude exemplaire envers les réfugiés. Personne n’a le droit de lui donner des conseils là-dessus », a récemment déclaré Donald Tusk, le président du Conseil européen.

Tout cela est bien beau, mais sur le papier uniquement. En effet, une nouvelle enquête menée par l’ONG Human Rights Watch (HRW) dépeint une toute autre réalité.

Selon Stephanie Gee, employée de HRW, des milliers d’enfants syriens qui ont trouvé refuge en Turquie sont à présent privés de la possibilité d’aller à l’école, leur famille parvenant à peine à joindre les deux bouts.

Ces enfants, pour la plupart des garçons, n’ont d’autre choix que de travailler 12 heures par jour dans des usines textiles en Turquie, un pays où la participation de mineurs à des activités à finalité économique est toutefois formellement proscrite.

« Nous avons eu la possibilité de parler avec des familles syriennes qui se sont réfugiées en Turquie il y a trois ans ou plus et qui dès leur arrivée ont dû faire face à ce genre de situation. La situation est telle que la plupart des réfugiés syriens ne sont pas en état de travailler légalement en Turquie. Ainsi, ils ont obligés de s’acquitter d’un travail au noir, mal rémunéré et qui suppose des risques de tout genre », déplore Mme Gee.

Et de conclure: « Il n’est pas rare que les réfugiés syriens envoient leurs enfants travailler dans des usines de textile pour subvenir aux besoins de leur famille. Il n’est donc pas exclu que certains vêtements fabriqués en Turquie et importés par la suite en Europe soient confectionnés par des enfants syriens ».

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire