Fillon: « La France doit demander à l’UE d’arrêter la négociation du Tafta »



Après la publication de documents confidentiels sur le traité de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis, les hommes politiques français remettent en question l’avenir de ce projet.

Les Etats-Unis exercent sur l’Europe une tutelle économique et financière à travers la justice américaine, qui devient insupportable. Dans ces conditions, la France doit dire à l’Union européenne qui négocie le Tafta qu’il n’est plus possible de continuer cette négociation, a déclaré François Fillon, ancien premier ministre français et candidat à la primaire de la droite en vue de l’élection présidentielle 2017.

« C’est une situation qui devrait conduire les Etats européens à se rebeller, à taper du poing sur la table. C’est une situation inédite depuis 30 ou 40 ans, on ne dit rien et on continue à discuter de ce traité de libre-échange », a-t-il indiqué, cité par l’AFP.

Au lendemain des révélations de Greenpeace, M.Fillon est loin d’être le seul à exprimer son indignation.

L’arrêt des négociations est « l’option la plus probable » aujourd’hui, a prévenu sur Europe 1 le secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, Matthias Fekl, qui avait déjà émis de sérieux doutes ces dernières semaines sur l’issue des négociations sur le traité de libre-échange transatlantique (TTIP ou Tafta), commencées il y a près de trois ans.

« Il ne peut pas y avoir d’accord sans la France, et encore moins contre la France », a-t-il affirmé, fustigeant « l’état d’esprit des Etats-Unis » et laissant entendre que son gouvernement pourrait bloquer le TTIP.

Pour Vivien Pertusot, directeur de l’Institut français des relations internationales (IFRI) à Bruxelles, les déclarations françaises ne vont pas empêcher pour autant la poursuite des négociations.

« Quand la Commission s’empare d’un sujet, elle va généralement jusqu’au bout. Il est donc difficile d’envisager un arrêt pur et simple des négociations dans les prochains mois », a-t-il expliqué à l’AFP.

Mais la position de Paris pourrait compliquer les négociations en cours, selon cet expert. 

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire