Finale aller de la Coupe de la CAF : le MOB a rendez-vous avec l’histoire



L’heure de vérité est arrivée pour le MO Béjaïa qui disputera ce soir à partir de 20h30 au stade Mustapha Tchaker de Blida, la finale aller de la Coupe de la CAF contre le champion d’Afrique sortant, le TP Mazembe. C’est une finale inédite et une surprise.

Personne n’attendait en effet le MOB à ce niveau. Les Mobistes ne sont qu’à leur première participation dans une compétition internationale. « On a dépassé toutes les prévisions. Cette finale est un bonus pour nous, mais on ne va pas s’en contenter. On jouera nos chances à fond. On n’a rien à perdre face au grand favori de la compétition qu’on peut surprendre au même titre que les autres grosses cylindrées africaines qu’on avait éliminées auparavant, à savoir l’Ashanti Gold, le Club Africain, l’ES Tunis et le FUS Rabat. On va tenter d’épingler le TP Mazembe à notre tableau de chasse et réussir ainsi un coup de maître. Dans le football, rien n’est impossible », nous a confié le meneur de jeu du MOB, Faouzi Yaya, en zone mixte.

« Nous sommes le petit Poucet qui va défier l’ogre africain. Nous n’aurons rien à perdre face à un adversaire que nous connaissons très bien quoi que ces deux finales soient différentes des deux matches joués contre le TPM dans la phase des poules. La pression sera encore plus forte sur les épaules de mes joueurs qui ne sont pas habitués à ce genre de confrontations contrairement aux Congolais. J’espère qu’ils ne seront pas impressionnés et inhibés par cette pression surtout qu’ils vont jouer à Blida où ils n’ont pas de repères », affirme, pour sa part, Nasser Sandjak, le grand artisan de cette épopée mobiste, en quête d’un second sacre dans cette C2 africaine après celui de 2000 avec le club phare de la Kabylie, la JSK. Sandjak veut refaire le coup de 2000 et marquer davantage les esprits.

Sandjak veut refaire le coup de 2000

Même s’ils sont privés des services de leurs deux défenseurs, Lakhdari (suspendu) et Bencherifa (blessé), les Crabes comptent se surpasser face aux champions d’Afrique, en pleine reconstruction après avoir perdu certains de leurs cadres au lendemain de leur victoire en Ligue des champions d’Afrique devant l’USM Alger, à leur tête le buteur tanzanien Samatta, parti en Belgique.

À la veille de cette finale, c’est au tour de l’autre vedette tanzanienne des Corbeaux, Ulimwengu, de plier bagages pour tenter une aventure en Europe. Le coach du TPM, Hubert Velud, reste sur ses gardes. L’ancien entraîneur de l’ES Sétif, de l’USM Alger et du CS Constantine se méfie énormément des Crabes que son équipe a eu du mal à vaincre à Lubumbashi lors de la phase des poules.

« Ce sera très serré. C’est du 50/50. Le MOB a démontré sa valeur que ce soit lors de la phase des poules que lors des demi-finales. C’est une grosse performance d’éliminer le FUS. Le TPM est en reconstruction et ce sera très équilibré », dira Velud, avide d’offrir au TPM sa première Coupe de la CAF. C’est le seul titre qui manque encore au palmarès du club du richissime Moïse Katumbi, qui avait perdu la finale de 2013 face au CS Sfax.

Il à noter que cette finale aller sera dirigée par un trio d’arbitres des Seychelles composé de Bernard Camille, Hensley Danny Petrousse et Eldrick Adelaide. La finale retour est prévue le 6 novembre à Lubumbashi.

Source : tsa-algerie.com / Ali Ouezzane

Laisser un commentaire