Forum algéro-britannique sur l’investissement : Rebrab sera-t-il empêché d’y participer ?



C’est demain dimanche que s’ouvre à Alger la 2e édition du Forum algéro-britannique sur l’investissement. Un évènement qui ne s’est pas préparé dans la sérénité voulue, du fait de la pression qu’une “autorité gouvernementale”, le ministre de l’Industrie et des Mines, fort assurément, a exercé sur le partenaire britannique pour exclure le président du Groupe Cevital, Issad Rebrab, de la participation.
Début avril, en effet, la direction de Cevital, dûment invitée à participer au forum que le groupe industriel sponsorise, par ailleurs, a été surprise d’apprendre que le gouvernement algérien a demandé aux Britanniques d’éliminer Issad Rebrab de la liste des participants.
Les Britanniques, gênés par une telle exigence, ne savaient que répondre à cette injonction à laquelle ils n’étaient pas habitués. L’agence organisatrice de l’évènement, DMA, en a informé la direction de Cevital, espérant que cette dernière accepte de surseoir à la participation sans faire de vagues. La direction de Cevital a décidé de maintenir la participation du patron du groupe au forum. Issad Rebrab se présentera demain au forum.
Les Britanniques l’ont programmé pour intervenir le premier jour. Sa communication portera sur le thème “Les investissements en Algérie et les relations algéro-britanniques”. Jusqu’à hier, les Britanniques étaient encore dans l’attente de la validation du programme par le gouvernement algérien.
Il semble que le ministre de l’Industrie demeure intransigeant quant à l’exclusion d’Issad Rebrab. Mais ce dernier maintient sa participation à la manifestation. Dans une récente déclaration à TSA, la directrice de la communication du groupe a affirmé qu’en “tout état de cause, comme nous avons sponsorisé l’évènement à la demande de DMA et que nous avons été invités à la fois par l’ambassade et DMA, M. Rebrab se présentera pour parler d’un sujet important : la coopération économique algéro-britannique et l’investissement en Algérie”.
Pour rappel, les projets du Groupe Cevital sont confrontés à de grandes entraves de la part du gouvernement algérien. La présence de son président aux forums d’affaires est systématiquement frappée du veto des autorités algériennes.
Depuis fin avril dernier, c’est l’acquisition de parts dans le groupe de presse El Khabar par Ness-Prod, une filiale de Cevital, qui fait l’objet d’une plainte devant la justice introduite par le ministère de la Communication pour annulation. En même temps que cette plainte, une cabale médiatique, ordonnée par des cercles et personnes occultes, est montée par des médias baltaguis, à leur tête une télévision offshore.

Liberte-algerie.com

Laisser un commentaire