Gaïd Salah semble vouloir, à tout prix, succéder à Bouteflika



Il reproche au patron de la police d’avoir créé un corps d’intervention dans la police dont la première promotion sortira ce jeudi, 21 juillet, de …

Selon « Mon journal » et  des rumeurs concordantes, non seulement le chef d’état major et vice ministre de la défense algérien, le général Gaïd Salah ne porte pas dans son  cœur le général à la retraite Khaled Nezzar, mais aussi il verrait d’un mauvais œil l’ascension de l’autre général, patron de la police, Abdelghani Hamel qu’il soupçonne de vouloir succéder à Bouteflika avec la bénédiction du frère de celui-ci, véritable détenteur du pouvoir actuellement.

Il reproche au patron de la police d’avoir créé un corps d’intervention dans la police dont la première promotion sortira ce jeudi, 21 juillet, de l’école d’Oran. Ce corps aurait été créé, selon Gaïd Salah, pour protéger le cercle présidentiel que dirige le frère du président. Ce qui rendrait la tâche difficile au chef d’état major dans l’éventualité d’un  putsch militaire. D’ailleurs, Gaid Salah hait Hamel au point où il a limogé son tout nouveau chef de cabinet au motif qu’il avait sur le répertoire de son mobile le numéro du chef de la police algérienne.

Pour mettre un terme aux aspirations présidentielles du directeur général de la police,  le chef d’état major a enclenché une série d’enquêtes sur lui et sa famille pour le salir et le mettre hors circuit. Lui-même, trois de ses frères et son propre fils sont sur les tablettes des membres de la commission d’enquête initiée par le chef d’état major. Tous les moyens vont être utilisés pour barrer la route d’El Mouradia à Abdelghani Hamel et autres éventuellement. C’est, apparemment, la devise du plus vieux soldat du monde qui veut mourir en tant que président.  La guerre des clans n’a fait que commencer et  le poulain, Gaïd Salah, semble s’être retourné contre ses maîtres.

Massidida pour Tamurt

Laisser un commentaire