Glencore partenaire du Makhzen, reprend ses chantiers de prospections de l’or noire dans les eaux contestées du Sahara occidental



Glencore l’une des plus grandes firmes mondiales de ressources naturelles intégrées et diversifiées.  Est de retour dans les territoires du Sahara Occidentale, dans le cadre cette fois-ci d’un grand projet d’exploration de gisements pétroliers au Sahara occidental, à travers un de ses partenaires.

Il s’agit d’une vaste opération de prospection au large des  côtes Sahraouis lancée il y a à peine  un mois.  Un navire affrété par la firme privée New Age Energy a passé plusieurs semaines à effectuer des balayages sismiques 3D du fond dans les eaux Sahraouis dans ce est qualifié  de «première étape» d’exploration de gisements pétroliers, rapporte le quotidien Britannique le Daily Telegraph.  Glencore détient 18,75pc de la  des licences d’exploitations de Foum Ognit, la compagnie pétrolière nationale marocaine ONHYM détenant 25pc et New Age les 56,25pc restants.

Cette nouvelle campagne relance en effet le débat sur la souveraineté des droits miniers en Afrique . Une grande partie du pays a été occupée par le Maroc depuis 1976, mais le peuple sahraoui milite depuis plus de 40 ans  pour son autodétermination .  L’ONU a jugé en 2002 que la recherche de pétrole au Sahara occidental n’était pas illégale, mais que l’exploitation de toute découverte qui en résulterait devrait respecter «les intérêts et les souhaits du peuple du Sahara occidental».

Une chose est sure aujourd’hui certaines pratiques des firmes Internationales entraînées par Rabat dans cette région demeurent le moins que l’on puisse dire ambiguës, Un certain nombre de fonds de pension ont été semble-t-il vendus à des sociétés qui explorent le pétrole dans la région, au motif que le Maroc n’a pas le droit de délivrer des licences. En 2015, KLP, le plus grand assureur-vie de Norvège, a annoncé qu’il n’investirait plus dans Glencore, affirmant que son activité présentait un « risque inacceptable de violation des normes éthiques fondamentales » évoquant des doutes sur  conformité des ses projets par rapport au droit international.

 

Les choses se s’arretaient malheureusemt pas-la, en  plus de ses activités minières, le géant FTSE 100 Glencore un des plus grands négociants mondiaux de pétrole,  a acquis en 2014 des parts dans deux sites  au large des côtes du Sahara occidental pour des opérations d’exploreration du pétrole.  Pour l’heure Glencore n’a pas souhaité  faire de commentaires sur ses projets au Sahara Occidental, ni sur la présence de ses partenaires dans des sites d’exploration du pétrole dans les côtes Sahraouis. (Affaire à Suivre).

 

Londres Boudjemaa Selimia.

Laisser un commentaire