Hamid Grine demande à la partie adverse de « se calmer »



Hamid Grine persiste et signe : l’affaire opposant le ministère de la Communication à El Khabar et Cevital est « une affaire purement commerciale même si certaines parties lui ont donné un caractère politique ». « Du point de vue de la partie adverse, la vente est à 100% légale. Du point de vue du ministère de la Communication, la transaction est à 100% illégale. Le tribunal, souverain, va décider qui a raison », a ajouté le ministre de la Communication, en marge d’une conférence-débat à l’école de journalisme de Ben Aknoun, à Alger. Avant de conclure : « Je demande à la partie adverse de se calmer et d’attendre la décision de la justice souveraine ».

Hamid Grine a également évoqué l’avenir de l’Autorité de régulation de la presse, prévue dans la loi sur l’Information. Selon le ministre, une telle autorité « n’existe nulle part ailleurs à travers le monde ». « Nous allons donc demander un amendement de la loi pour la supprimer », a-t-il annoncé. Il s’est montré optimiste quant à l’élection prochaine d’un Conseil d’éthique et de déontologie de la presse. « Il n’était pas facile d’aller vers des élections en laissant à la marge des milliers de journalistes » qui n’avaient pas obtenu leur carte de presse. « Maintenant, le processus avance bien. Nous pouvons aller vers des élections ».

Enfin, Hamid Grine a annoncé le thème du sujet retenu pour le prix du président de la République : « La femme algérienne, acteur essentiel du développement économique et social ».

Source : tsa-algerie.com / Riyad Hamadi

Laisser un commentaire