Hamid Grine : « Le ministère ne gère pas la publicité »



« En ma qualité de ministre de la communication, le tirage du journal ne m’intéresse pas si l’organe insulte, diffame et propage la fitna », a expliqué ce jeudi 6 octobre à l’APN, Hamid Grine. Le ministre de la communication répondait à une question d’un député qui s’interrogeait sur la stratégie de la tutelle en ce qui concerne l’organisation et la gestion de la publicité.

Hamid Grine a tenu à préciser que son département ne gère pas directement la distribution de la publicité dans les medias : « Quand j’ai été nommé ministre, je recevais les doléances des patrons de journaux qui se plaignaient sur les choix des annonceurs. Désormais je les renvoie vers l’Anep », dit-il.

Au niveau de l’Anep, poursuit-il, le dispatching se fait selon des critères préalablement arrêtés. Il cite entre autres, « le respect de la déontologie de la presse et des institutions de l’État, le professionnalisme, qui n’a rien à voir avec le tirage, s’éloigner de la diffamation, du chantage. Il y a aussi la précision dans la diffusion de l’information ».

Pourquoi des journaux à grand tirage sont-ils privés de publicité contrairement à certains quotidiens qui tirent beaucoup moins ? C’est le ministre qui pose cette question avant d’apporter la réponse : « tout simplement parce que ces journaux ne respectent pas le cadre social. Certains ne déclarent même pas leurs journalistes. Le ministère et le Premier ministre ont dû d’ailleurs intervenir pour prendre en charge certains journalistes sur le plan médical », a-t-il affirmé.

Le ministre a expliqué que le choix du support incombait aussi aux annonceurs : « Certains annonceurs n’aiment pas être associés à des journaux non professionnels. Ce que l’Anep respecte ».

Hamid Grine a affirmé que le gouvernement n’est pas contre les critiques mais il combat l’insulte et la diffamation.

Selon ses statistiques, 90% de la publicité qui passe par l’Anep profite aux journaux privés contre un peu moins de 10% pour la presse publique. Avant de préciser que la publicité a baissé de 65% de 2015 à 2016, résultat de la crise économique mondiale.


Source : tsa-algerie.com / Achira mammeri

Laisser un commentaire