Historique: premier tir depuis le nouveau cosmodrome russe Vostotchny



Le premier lancement depuis le pas de tir flambant neuf situé dans l’Extrême-Orient russe s’est déroulé avec succès.

La Russie a tiré avec succès jeudi matin une fusée Soyouz depuis le tout nouveau cosmodrome Vostotchny, situé dans l’Extrême-Orient russe.

« Le lancement de la fusée s’est déroulé avec succès » à 11h01 (02H01 GMT), a indiqué le holding spatial russe Roskosmos dans un communiqué. « Les satellites sont tous les trois en orbite », précise le communiqué.

La fusée a notamment mis en orbite le nano-satellite SamSat-218, le satellite « Mikhaïl Lomonossov » que  l’Université Lomonossov de Moscou utilisera pour collecter des données sur divers types de rayonnement frappant l’atmosphère terrestre et le satellite de sondage de la Terre Aïst-2D (Cigogne).

​Le lancement de la fusée s’est déroulé sous les yeux du président Vladimir Poutine, qui a fait le déplacement pour l’occasion dans l’Extrême-Orient.

« Comme un pudding »

« Je tiens à vous féliciter. Nous avons de quoi être fiers. Hier, la technique a été mise à rude épreuve et le lancement a été interrompu, mais cela arrive. C’est un phénomène normal », a déclaré devant les responsables M.Poutine peu après le lancement.

« Le plus important, c’est que le pas de tir fonctionne. (…) Il y a encore beaucoup de travail, mais c’est un pas sérieux et résolu vers le développement du secteur spatial russe », a-t-il ajouté.

« Hier les systèmes automatiques ont fonctionné de telle sorte qu’ils se sont un peu surprotégés, ils ont pris la décision de réaliser à nouveau la préparation, ce n’est pas pire, au contraire, tout à été fait au plus haut niveau. C’est comme un pudding, on dit qu’il faut le manger pour confirmer sa qualité, et pour confirmer la préparation d’un cosmodrome au fonctionnement, il faut réaliser le premier tir », a poursuivi le président.

Image tirée de la page Facebook de Dmitri Rogozine, vice-premier ministre russe en charge du secteur spatial: « Nous l’avons fait ».

La veille, une première tentative de décollage avait été stoppée in extremis quelques instants avant l’heure prévue suite à un « arrêt automatique » de la procédure. Les responsables du secteur spatial russe avaient alors décidé de reporter de 24 heures le lancement du vaisseau.

Vostotchny a pour vocation de remplacer à terme le cosmodrome de Baïkonour, situé au Kazakhstan, que la Russie loue 115 millions d’euros par an depuis la chute de l’URSS. Le cosmodrome permet de lancer des Soyouz, seul moyen de rejoindre la Station spatiale internationale (ISS).

Décidée en 2007 par Vladimir Poutine et commencée en 2012, la construction du cosmodrome de Vostotchny a été qualifiée de « plus grand chantier du pays » par les médias russes et a nécessité 300 à 400 milliards de roubles (4 à 5,3 milliards d’euros au taux actuel).

Dmitri Rogozine, vice-premier ministre russe en charge du secteur spatial, a indiqué que la Russie continuerait d’utiliser Baïkonour pour envoyer des hommes dans l’espace jusqu’en 2023.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire